L'ONU doit renforcer son soutien à l'état de droit, selon Ban Ki-moon

Le Conseil de sécurité des Nations Unies. Photo ONU/Paulo Filgueiras

19 février 2014 – A l'occasion d'un débat du Conseil de sécurité sur l'état de droit, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a jugé mercredi que l'Organisation devait renforcer son assistance en la matière dans les pays qui émergent de conflits.

« Quand les institutions publiques échouent à rendre la justice ou à protéger les droits des gens, l'insécurité et la guerre règnent », a souligné M. Ban dans un discours.

Il a noté qu'au niveau national, une réconciliation et une paix durables nécessitent un état de droit solide grâce à des institutions réactives et ouvertes à tous. « Les gens doivent être en mesure de faire confiance à leurs institutions pour résoudre les différends rapidement et de manière juste, et pour fournir un accès équitable aux services de base, notamment la justice et la sécurité », a souligné M. Ban.

« Au niveau international, l'adhésion à l'état de droit est cruciale pour la prévention des conflits et la résolution pacifique des différends. Les mécanismes pour combattre l'impunité et garantir que les gens rendent des comptes, notamment les cours pénales soutenues par l'ONU, renforcent la primauté de la loi », a-t-il ajouté.

C'est pour cette raison que le renforcement de l'état de droit est désormais intégré dans les mandats des opérations de maintien de la paix et des missions politiques spéciales, a noté le Secrétaire général, ajoutant que 18 missions de l'ONU à travers le monde ont actuellement un mandat de de soutien à l'état de droit.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'égalité et le respect des droits humains sont essentiels pour le développement durable, selon Ban

En savoir plus





Coup de projecteur