Palestine : l'ONU inquiète de la détérioration de la situation à Gaza et du regain de tensions avec Israël

Une rue de Gaza. Photo: Banque mondiale/Natalia Cieslik

12 février 2014 – À la suite d'une visite à Gaza mercredi, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, a exprimé sa préoccupation concernant la détérioration de la situation dans cette région de Palestine.

« Il est très inquiétant de constater de plus en plus de signes de l'érosion de l'accord de cessez-le feu de novembre 2012, que ce soit concernant la fin des hostilités ou l'ouverture des points de passage pour les gens et les marchandises », a déclaré M. Serry dans un communiqué de presse.

« Au cours des deux derniers mois, un nombre croissant de roquettes ont été tirées vers Israël, il y a eu plus d'incidents à la frontière et les représailles israéliennes font des morts et des blessés parmi les civils. Les Nations Unies condamnent la montée de la violence et appellent les parties prenantes à respecter le droit international », a-t-il ajouté.

Selon lui, le blocage israélien de Gaza est la principale cause de la détérioration de la situation économique et sociale de la région. Les importations de matériaux de construction ont en particulier été considérablement restreintes.

« La fermeture des tunnels illégaux n'a pas été suivie d'un allégement des restrictions d'importation des matériaux de construction par les points de passage légaux », a indiqué M. Serry en précisant que même les projets de l'ONU à Gaza ont été retardés à cause de restrictions plus importantes.

Contrairement aux attentes, le travail sur les projets onusiens n'a pas encore atteint les niveaux qui avaient pourtant été approuvés par les autorités israéliennes et plus de 20 projets restent bloqués depuis novembre 2013. « J'espère que les autorités israéliennes respecteront leurs engagements à rouvrir l'accès des matériaux de construction pour les projets de l'ONU à Gaza », a dit le Coordonnateur spécial.

La récente promesse israélienne de permettre l'entrée de 1.000 tonnes de ciment et d'autres matériaux pour la reconstruction après les inondations à Gaza est, selon M. Serry, une bonne nouvelle. Il a rappelé que les importations de ces matériaux par les points de passage légaux pour le secteur privé sont essentielles pour l'économie de Gaza. Il a également exhorté les autorités égyptiennes à rouvrir le point de passage de Rafah.

Lors d'une visite de l'hôpital pédiatrique de Gaza, qui a été durement affecté par les coupures d'électricité fréquentes qui sont dues à l'insécurité énergétique dans la région, M. Serry s'est félicité que la situation se soit améliorée grâce aux livraisons assurées par le gouvernement de Turquie et la Banque islamique de développement.

« Cependant, cela reste une solution précaire, et il faut redoubler d'efforts pour résoudre les problèmes énergétiques chroniques à Gaza. L'électricité est à la base de tout, que ce soit la désalinisation de l'eau, la croissance du secteur privé ou les services de santé », a souligné M. Serry.

« Les solutions de court-terme, telles que la généreuse contribution du Qatar à la centrale électrique de Gaza, sont essentielles. Mais nous devons également regarder le moyen-terme, et à cet égard, nous soutenons la requête de l'Autorité palestinienne de rétablir la fourniture électrique d'Israël vers Gaza et, ensuite de conclure un accord pour permettre l'utilisation de gaz naturel dans la centrale électrique de Gaza », a-t-il affirmé.

M. Serry a rappelé que seule la réunification de Gaza et de la Cisjordanie sous l'autorité légitime du gouvernement palestinien, basée sur les engagements de l'Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) peut mener vers une solution durable à Gaza, dans le cadre du processus politique de paix.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban préoccupé par l'escalade de la violence en Israël, à Gaza et en Cisjordanie

En savoir plus





Coup de projecteur