Iraq : près de 300.000 civils déplacés par la violence à Anbar, selon le HCR

Une femme déplacée dans la province d’Anbar collecte de l’aide. Photo: HCR Iraq

11 février 2014 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) a indiqué mardi que près de 300.000 Iraquiens, soit environ 50.000 familles, ont été déplacés au cours des six dernières semaines à cause de l'insécurité dans les villes de Falloujah et Ramadi dans la province d'Anbar au centre du pays.

Selon les membres du personnel de terrain du HCR, les Iraquiens déplacés sont logés dans des écoles, mosquées et autres bâtiments publics et ont urgemment besoin d'aide humanitaire. Les femmes enceintes et les enfants ont besoin de soins médicaux, et les familles ont besoin d'eau potable, de lait et d'autres denrées alimentaires ainsi que de couches, de matelas et d'ustensiles de cuisine.

« La plupart des déplacés ont fui vers les collectivités périphériques de la province d'Anbar pour échapper aux combats tandis que 60.000 personnes ont fui vers d'autres provinces », a expliqué la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d'une conférence de presse à Genève.

Lors d'une opération soutenue par la Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI) et le gouvernement iraquien, le HCR a distribué plus de 2.300 kits de fournitures humanitaires et 175 tentes aux personnes déplacées dans le pays. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a distribué plus de 1.600 kits, ainsi que des matelas et des couvertures. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué plus de 4.300 colis alimentaires dans les différents districts d'Anbar qui accueillent des personnes déplacées.

En plus de fournir des soins médicaux et d'assurer le transport des malades, le Croissant-Rouge iraquien est activement impliqué dans les efforts de distribution d'aide humanitaire en fournissant des denrées alimentaires et d'autres fournitures à plus de 100.000 personnes.

« L'accès aux personnes déplacées reste un défi, notamment à cause des barrages routiers. Des fournitures médicales de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont retenues à un poste de contrôle de l'armée iraquienne depuis le 30 janvier. De nombreux ponts menant vers la région d'Anbar ont été détruits et les routes sont bloquées, ce qui complique les livraisons aux personnes déplacées », a déclaré la porte-parole.

Les 300.000 nouveaux déplacés viennent s'ajouter aux plus de 1,1 million de personnes en Iraq qui n'ont pas encore pu retourner chez elles suite à la violence qui a eu lieu lors des soulèvements de 2006 à 2008 », a-t-elle ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iraq : les récents combats dans la province d'Anbar ont déplacé 140.000 personnes

En savoir plus





Coup de projecteur