Centrafrique : l'ONU condamne l'assassinat d'un membre du Conseil de transition

Des maisons détruites en janvier 2014 dans le village de Boyeli, près de Bozoum, en République centrafricaine. Photo IRIN/Nicholas Long

10 février 2014 – Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA), Babacar Gaye, a exprimé lundi son inquiétude concernant l'insécurité persistante dans la capitale Bangui.

« La violence qui s'est abattue sur la ville de Bangui depuis plusieurs semaines a été ponctuée ce weekend par l'assassinat, par des personnes armées non encore identifiées, de Jean-Emmanuel Ndjaroua, membre du Conseil national de transition (CNT) », a noté le BINUCA dans un communiqué de presse.

M. Gaye « condamne cette violence inutile et aveugle qui instaure un climat de peur et favorise l'éclosion d'un grand banditisme à visage découvert. Il exhorte les autorités centrafricaines à mettre sur pied une chaîne pénale fonctionnelle afin de traduire devant la justice les responsables de ces crimes et mettre ainsi fin à l'impunité ».

Le Représentant spécial « rappelle aux groupes armés que le Conseil de sécurité exige qu'ils déposent immédiatement leurs armes. C'est dans une Centrafrique stabilisée, où les communautés seront réconciliées, que chacun trouvera par la voie démocratique la satisfaction de ses revendications légitimes. »

Selon la presse, Jean-Emmanuel Ndjaroua, a été assassiné, dimanche, à Bangui. D'après des témoins, il arrivait du centre-ville à bord d'une moto pour se rendre à son domicile, lorsque plusieurs hommes armés lui ont tiré huit balles à bout portant.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Centrafrique : la CPI ouvre un examen préliminaire sur les graves crimes présumés

En savoir plus