Syrie : l’ONU salue la prolongation de la trêve humanitaire à Homs

Le PAM distribue des rations aux habitants de Homs, en Syrie, en septembre 2012. Photo PAM/Abeer Etefa

10 février 2014 – La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a salué lundi la prolongation de la trêve humanitaire dans la vieille ville de Homs, en Syrie, pour trois jours supplémentaires.

« J’espère que cela nous permettra d’évacuer davantage de civils et de livrer de nouvelles fournitures. La protection des civils pris au piège de l’horrible conflit en Syrie est la priorité des agences des Nations Unies et des partenaires humanitaires », a dit Mme Amos dans un communiqué de presse.

Depuis vendredi 7 février, grâce à une trêve humanitaire de trois jours, les équipes humanitaires ont été en mesure d’évacuer plus de 800 personnes de la vieille ville de Homs et d’apporter de la nourriture et des médicaments aux personnes assiégées.

Selon la presse, l’évacuation a toutefois été perturbée par des violences. Samedi, des tirs de balles et d’obus sur un convoi d’aide du Croissant rouge syrien ont fait cinq morts et une vingtaine de blessés parmi les habitants.

Mme Amos a jugé inacceptable le fait que des travailleurs humanitaires de l’ONU et du Croissant rouge syrien aient été la cible de tirs pendant la trêve humanitaire et que le cessez-le-feu n’ait pas tenu. « La communauté internationale doit exiger le respect du cessez-le-feu afin que tous ceux qui veulent partir puissent le faire dans la sécurité », a-t-elle ajouté.

La Secrétaire générale adjointe a souhaité que les pourparlers de paix à Genève puissent aboutir à l’autorisation d’une livraison durable et continue de l’aide humanitaire aux 250.000 personnes qui se trouvent assiégées à travers la Syrie.

La Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Ertharin Cousin, a également réclamé lundi un accès durable pour fournir de l’aide humanitaire aux communautés assiégées à travers le pays.

« Les derniers jours ont été insoutenables pour les civils ainsi que pour le personnel humanitaire qui a risqué sa vie pour apporter de la nourriture, des médicaments et de l’aide dans la vieille ville de Homs assiégée depuis plus de 600 jours », a dit Mme Cousin dans un communiqué de presse. « Cette opération humanitaire est destinée à fournir de l’aide aux civils piégés dans la vieille ville. Toutes les parties au conflit doivent garantir la sécurité des personnels humanitaires qui aident des victimes innocentes. »

« Des centaines de femmes, d’enfants, de personnes âgées et de malades ont été évacués après avoir souffert pendant près de deux ans et survivant à grande peine », a-t-elle ajouté. « Nous reconnaissons que ceci est un premier pas vers une amélioration des conditions du siège. Mais des convois exceptionnels dans de telles zones offrent seulement une aide de courte durée. Le PAM exige un accès continu et durable pour fournir de l’aide alimentaire, surveiller et évaluer les besoins. »

La Directrice exécutive du PAM a noté que la vieille ville de Homs est juste l’une des 40 communautés assiégées en Syrie.

« Nos équipes et nos partenaires s’efforcent de nourrir près de 4,25 millions de personnes à travers la Syrie chaque jour. Nous avons besoin d’un accès total aux personnes dans le besoin. Mais avons aussi besoin de façon urgente d’un soutien financier pour venir à bout de cette urgence qui est la plus importante, la plus complexe et la plus couteuse que le PAM ait à gérer actuellement dans le monde », a-t-elle encore dit.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : la pause humanitaire à Homs permet d'évacuer plus de 80 personnes

En savoir plus





Coup de projecteur