Syrie : l'ONU salue l'accord sur une pause humanitaire à Homs

Le quartier Baba Amr à Homs. Photo: ONU (Archive mars 2013)

6 février 2014 – Les Nations Unies ont salué jeudi les informations faisant état d'un accord entre les parties en conflit en Syrie sur une pause humanitaire pour permettre aux civils de sortir de la vieille ville de Homs et à l'assistance humanitaire d'y entrer.

« Nous saluons ces informations », a dit le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies dans une note à la presse. « Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires avaient stocké par avance de la nourriture, des fournitures médicales et des fournitures de base dans les environs de Homs pour leur livraison immédiate dès qu'un feu vert serait donné par les parties. Le personnel humanitaire est aussi en standby. »

Le porte-parole a noté que la Coordinatrice des Nations Unies pour les secours d'urgence, Valerie Amos, a salué l'annonce d'une pause humanitaire à Homs et qu'elle continuait à suivre de près les récents développements. Mme Amos a souligné qu'un accès sans entrave, sûr et continu était nécessaire pour permettre aux travailleurs humanitaires de livrer l'aide à des millions de personnes piégées dans des zones assiégées ou difficiles à atteindre en Syrie.

S'agissant du processus d'élimination des armes chimiques syriennes, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a noté jeudi que le processus avançait même s'il y avait quelques retards.

« Quand j'ai rencontré le Ministre syrien des affaires étrangères, M. Moallem, la semaine dernière il m'a assuré que le processus de destruction des armes chimiques continuerait comme prévu », a-t-il dit en réponse à une question d'un journaliste lors d'une conférence de presse à Sotchi, en Russie. « Notre objectif est le 30 juin cette année. C'est peut-être un objectif serré mais je pense qu'on peut y arriver avec le soutien du gouvernement syrien. »

A New York, la Coordonnatrice spéciale de la Mission conjointe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l'ONU, Sigrid Kaag, a déclaré jeudi que les retards n'étaient « pas insurmontables » et que l'échéance du 30 juin pour l'élimination totale des armes chimiques syriennes pouvait être respectée.

Mme Kaag s'est exprimée devant la presse à l'issue de consultations avec le Conseil de sécurité sur la Syrie. Elle a indiqué qu'elle retournerait en Syrie au cours du weekend.

Par ailleurs, un groupe d'experts indépendants des Nations Unies sur les droits de l'homme a appelé jeudi toutes les parties en conflit en Syrie à cesser d'utiliser la souffrance des civils comme méthode de guerre.

« Alors que les informations s'accumulent sur le bombardement aveugle de civils, les disparitions forcées et les exécutions, une nouvelle horreur de la guerre en Syrie devient évidente : la privation des besoins fondamentaux et le refus de l'aide humanitaire comme méthode de guerre », ont prévenu ces experts dans un communiqué conjoint.

« L'utilisation de la souffrance des civils comme méthode de guerre doit cesser », ont-ils ajouté. Ces experts incluent notamment le Rapporteur spécial sur le droit à la nourriture, Olivier De Schutter, la Rapporteuse spéciale sur le droit à un logement convenable, Raquel Rolnik, et la Rapporteuse spéciale sur le droit à l'eau et à l'assainissement, Catarina de Albuquerque.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le nombre de déplacés en Syrie devrait presque doubler en 2014, selon le HCR

En savoir plus





Coup de projecteur