Philippines : l'ONU appelle les bailleurs de fonds à soutenir la reconstruction à Bohol après le séisme

En octobre 2013, des survivants du séisme qui a frappé la région de Bohol, aux Philippines. Photo: IRIN/Jason Gutierrez

6 février 2014 – Près de quatre mois après le séisme de magnitude 7,2 qui avait dévasté une partie de l'île de Bohol aux Philippines, la Coordinatrice humanitaire de l'ONU dans ce pays, Luiza Carvalho, a appelé jeudi les bailleurs de fonds à fournir 19 millions de dollars supplémentaires pour les efforts de reconstruction, les logements d'urgence et pour améliorer l'accès aux services de santé.

À ce jour, les bailleurs de fonds ont apporté 15,1 millions de dollars pour financer le plan humanitaire sur six mois pour Bohol qui a été élaboré toute de suite après le tremblement de terre.

« Les autorités philippines et les partenaires humanitaires ont dû faire face à plusieurs catastrophes depuis le séisme, et notamment le passage du typhon Haiyan le 15 octobre de l'année dernière. Nous continuons de soutenir les efforts des autorités et nous n'oublions pas les souffrances des personnes affectées à Bohol », a expliqué Mme Carvalho dans un communiqué de presse.

« Les ONG jouent un rôle très important dans le travail de reconstruction à Bohol, et cela est reflété dans notre plan d'action révisé. Deux nouvelles ONG nationales et cinq locales animent des projets qui font partie de ce plan. Elles ont toutes les capacités de mettre en œuvre des projets à Bohol, mais elles ont urgemment besoin de fonds pour réussir », a-t-elle ajouté.

La majorité des 368.000 personnes dont les maisons ont été détruites ou endommagées vivent toujours dans des tentes ou dans les ruines de leurs maisons. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), il est urgent d'améliorer ces situations dangereuses à cause des secousses encore fréquentes.

« Si la quasi-totalité des enfants sont désormais retournés à l'école, 839 salles de classes sont toujours situées dans des structures temporaires puisque les écoles détruites n'ont pas encore été reconstruites », a expliqué Mme Carvalho.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Philippines : deux mois après le typhon, les besoins restent considérables, selon Amos

En savoir plus





Coup de projecteur