Une délégation du Conseil de sécurité en visite au Mali

Le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Gérard Araud, est accueilli par des Casques bleus à Mopti au Mali à l’arrivée de la délégation du Conseil de sécurité. Photo: MINUSMA

3 février 2014 – Les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont achevé lundi une visite de deux jours au Mali, au cours de laquelle ils ont pu observer les efforts d'assistance des Nations Unies dans ce pays d'Afrique de l'ouest.

En avril 2013, le Conseil de sécurité a autorisé le déploiement de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour stabilisation au Mali (MINUSMA) avec pour objectif d'assister les autorités dans leurs efforts pour s'attaquer aux racines profondes de la crise qui a frappé le pays l'an dernier.

La délégation du Conseil de sécurité a démarré sa visite dimanche à Mopti, qui se trouve à 600 kilomètres au nord-est de la capitale Bamako. Elle y a rencontré le gouverneur et des représentants de la société civile et a visité le camp de la MINUSMA dans cette ville.

A Bamako, les membres du Conseil de sécurité ont rencontré le Président du Mali, Ibrahim Boubabar Keïta.

Lundi, la délégation a rencontré le commandant de l'opération française Serval et le chef de la Mission de formation de l'Union européenne (EUTM), ainsi que des responsables du gouvernement et des membres du Parlement maliens.

Dans une déclaration lors d’une conférence de presse au terme de la visite, les membres du Conseil de sécurité ont déclaré avoir constaté « une volonté manifeste de la part de tous les acteurs maliens de trouver une solution durable à la crise récurrente au Mali ».

Ils ont réitéré leur disponibilité « à travers le Représentant spécial du Secrétaire général et la MINUSMA, pour soutenir les efforts des parties maliennes ».

Ils ont exhorté les parties « à entamer des discussions inclusives en vue d’une solution durable sans préalables », jugeant « impératif de lancer ces discussions dans les plus brefs délais et avec un calendrier précis. » Selon eux, l’absence d’un cadre politique inclusif risque d’être exploitée par des « fauteurs de trouble ».

Les membres du Conseil de sécurité ont enfin encouragé le gouvernement malien à continuer à déployer l’administration particulièrement au nord afin de rétablir les services sociaux de base.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Mali : le Conseil de sécurité préoccupé par les conditions de sécurité fragiles dans le nord

En savoir plus





Coup de projecteur