Niger : le Fonds mondial et le Croissant-Rouge s'allient pour mieux lutter contre la tuberculose

Une femme cherche de l’eau au Niger. Photo: PNUD Niger/Rabo Yahaya

31 janvier 2014 – Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et la Fédération internationale des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) ont annoncé vendredi la signature d'un accord pour assurer le financement de l'accès universel au traitement de la tuberculose au Niger, qui est l'un des pays d'Afrique avec le plus fort taux de prévalence de cette maladie.

Une somme de dix millions de dollars permettra, au cours des deux prochaines années, à la population nigérienne, soit près de 17 millions d'individus, d'avoir accès aux services de diagnostic et de traitement de la tuberculose. Le projet vise en particulier les populations vulnérables, dont les migrants, les nomades et les prisonniers.

La tuberculose est un problème de santé majeur. La maladie tue 1,3 million de personnes par an au monde et 8,6 millions sont infectés chaque année, bien que la maladie puisse être prévenue et soignée.

« L'accès durable aux services de diagnostic et aux soins est une priorité absolue dans les pays tels que le Niger, où un manque de financement, de moyens techniques et de personnel soignant ont sapé les capacités du gouvernement à assurer la disponibilité des soins et des médicaments », a expliqué le Secrétaire général de la FICR, Bekele Geleta, dans un communiqué de presse.

« Avec le soutien du Fonds mondial, nous serons en mesure d'assurer l'accès aux traitements même pour les gens qui vivent dans les régions reculées et aux personnes les plus marginalisées », a ajouté M. Geleta.

Malgré un engagement politique fort au Niger, la tuberculose représente un lourd fardeau pour le système de santé déjà fragile. Les traitements peuvent prendre jusqu'à six mois et requièrent une supervision régulière du personnel soignant. Sans cela, la maladie risque de se propager davantage.

« Ce fonds va soutenir et renforcer les capacités existantes dans le pays, et le travail se fera en étroite collaboration avec le programme national de lutte contre la tuberculose et le ministère de la santé », a expliqué de son côté le Directeur exécutif du Fonds mondial, Mark Dybul. « La FICR est une excellente partenaire puisqu'elle se base sur une perspective communautaire et détient une expérience considérable qui permettra d'accélérer le renforcement du programme de diagnostic et de traitement de la tuberculose ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité déterminé à trouver une solution aux multiples problèmes qui se posent au Sahel

En savoir plus





Coup de projecteur