Droits de l'enfant : l'UNICEF dévoile les disparités et insiste sur le besoin d'innover

Des fillettes dans une école dans la région de Diffa, au Niger, où plus de la moitié des écoliers sont des Nigérians déplacés. Photo: HCR/K. Mahoney

30 janvier 2014 – Dans un rapport publié jeudi, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) réclame davantage d'efforts et d'innovations pour identifier et surmonter les obstacles qui empêchent les plus désavantagés des 2,2 milliards d'enfants de la planète de jouir de leurs droits et insiste sur l'importance des données pour mettre en lumière les inégalités dans l'accès aux services et aux protections.

« Grâce aux données que nous récoltons, nous avons été en mesure de sauver et d'améliorer la vie de millions d'enfants, en particulier les plus démunis », a expliqué la Directrice de la section données et analyse de l'UNICEF, Tessa Wardlaw, dans un communiqué de presse. « Nous ne continuerons à progresser que si nous savons quels sont les enfants qui sont laissés pour compte, où vivent les filles et les garçons qui sont déscolarisés, où sévissent les maladies et où il n'existe pas d'assainissement de base. »

Des progrès remarquables ont été accomplis depuis la signature de la Convention relative aux droits de l'enfant en 1989, ainsi qu'au cours de la période précédant l'aboutissement des Objectifs du Millénaire pour le développement en 2015.

Le rapport phare de l'UNICEF, la Situation des enfants dans le monde 2014 en chiffres, publié aujourd'hui montre que près de 90 millions d'enfants, qui seraient décédés avant l'âge de cinq ans si les taux de mortalité de l'enfant étaient restés au même niveau qu'en 1990, sont toujours en vie. C'est dans une large mesure dû aux progrès accomplis dans les domaines de la vaccination, de la santé et des services d'alimentation en eau et d'assainissement.

Les retards de croissance ont diminué de 37% depuis 1990 grâce à des améliorations en matière de nutrition. La scolarisation à l'école primaire est en hausse, même dans les pays les moins avancés. Alors qu'en 1990, 53 enfants sur 100 seulement étaient scolarisés, ce chiffre était passé à 81 sur 100 en 2011.

Malgré cela, les statistiques figurant dans le rapport, témoignent des violations des droits de l'enfant qui sont encore courantes. Environ 6,6 millions d'enfants de moins de cinq ans sont morts en 2012, la plupart de causes évitables, en violation de leur droit fondamental à vivre et à grandir. 15% des enfants de la planète sont forcés de travailler et 11% des filles sont mariées avant l'âge de 15 ans, ce qui compromet leur droit à la santé, à l'éducation et à la protection.

Le rapport révèle aussi des lacunes et inégalités qui montrent que les gains obtenus grâce au développement sont inégalement répartis. Les enfants les plus pauvres de la planète ont trois fois moins de chances que les plus riches de naître en présence d'un soignant qualifié, ce qui accroît les risques de complications liées à l'accouchement pour eux-mêmes et pour leurs mères

Les informations de l'UNICEF proviennent en grande partie des enquêtes auprès des ménages et en particulier des enquêtes en grappes à indicateurs multiples (MICS). Ces dernières, élaborées et appuyées par l'UNICEF, sont menées par les instances statistiques nationales afin de fournir des données ventilées sur une série de sujets concernant la survie des enfants, leur développement, leurs droits et leur expérience de la vie. Des enquêtes de ce type ont déjà été menées dans une centaine de pays. La dernière série a donné lieu à des interviews auprès de plus de 650.000 ménages répartis dans 50 pays.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Les Nations Unies et leurs partenaires cherchent un milliard de dollars pour éviter aux enfants syriens de devenir « une génération perdue »

En savoir plus





Coup de projecteur