Soudan du Sud : Amos appelle au respect du cessez-le feu

La chef de l'humanitaire de l'ONU, Valerie Amos (à droite) rencontre des enfants à Malakal, au Soudan du Sud. Photo OCHA

29 janvier 2014 – À la fin d'une mission de trois jours au Soudan du Sud, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a estimé mercredi que la violence des six dernières semaines avait anéanti plusieurs années de travail de développement dans ce pays.

« En six semaines, plus de 702.000 personnes ont été déplacées par le conflit et plus de 123.000 ont fui le pays pour chercher refuge dans les pays voisins. Je suis fière des travailleurs humanitaires qui sont restés dans le pays tout au long de cette période difficile pour répondre aux besoins considérables », a affirmé Mme Amos lors d'une conférence de presse à Juba.

« Hier, je me suis rendue à Malakal dans l'État du Nil supérieur. J'ai vu des gens qui vivent dans des circonstances très difficiles, sans suffisamment de nourriture, sans accès adéquat à l'assainissement et avec très peu d'eau. Les enfants ne sont pas à l'école et les problèmes de santé s'accumulent », a-t-elle ajouté.

Mme Amos a souhaité que la signature récente d'un cessez-le-feu entre les parties en conflit permette aux personnes déplacées de bientôt rentrer chez elles. « Je suis encouragée par l'accord qui a été signé la semaine dernière à Addis Abeba, en Ethiopie », a-t-elle dit.

« Je salue les déclarations du Président Kiir sur la réconciliation et sur la liberté de mouvement des agences humanitaires. La population du Soudan du Sud souhaite la stabilité et la possibilité de rentrer chez elle », a indiqué la Secrétaire générale adjointe.

« J'exhorte les parties prenantes à respecter leurs obligations prévues par le droit humanitaire international et à assurer la protection de tous les civils, d'où qu'ils viennent et quelle que soit leur origine », a-t-elle ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud: la chef de l'humanitaire de l'ONU rencontre des déplacés

En savoir plus





Coup de projecteur