Soudan du Sud : le PAM espère tirer parti du cessez-le-feu pour livrer de l'aide

Un hélicoptère du Programme alimentaire mondial (PAM) distribue de l’aide à Bor, capitale de l’état de Jonglei, au Soudan du Sud. Photo: PAM/George Fominyen

24 janvier 2014 – Après l'annonce d'un accord de cessez-le-feu entre les parties en conflit au Soudan du Sud, le Programme alimentaire mondial (PAM) s'est dit prêt vendredi à saisir cette opportunité pour livrer de l'assistance alimentaire dans les zones difficiles à atteindre.

« Nous espérons que la signature d'un accord à Addis entraînera l'arrêt des combats et permettra au PAM et à d'autres agences humanitaires de fournir rapidement l'aide nécessaire aux personnes affectées par ce conflit », a dit le directeur du PAM dans le pays, Chris Nikoi. « Mais il est important de noter que les besoins humanitaires continueront, bien après l'arrêt des combats. »

Jusqu'à présent, le PAM a assisté environ178.000 personnes qui ont été déplacées en raison de la crise au Soudan du Sud qui a éclaté mi-décembre.

Selon l'agence onusienne, le conflit pourrait avoir fait tellement de dégâts que beaucoup de gens continueront à avoir besoin d'assistance alimentaire pendant des mois, voire même plus longtemps.

Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) s'est aussi félicité de la signature de l'accord de cessez-le-feu et a souhaité qu'il soit mis en place rapidement pour éviter de nouveaux déplacements à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Par ailleurs, l'agence onusienne a déclaré vendredi faire son possible pour contenir une épidémie de rougeole parmi les réfugiés sud-soudanais en Ouganda.

« Aujourd'hui, le HCR démarre une importante campagne de vaccination dans le nord de l'Ouganda pour contenir une épidémie de rougeole parmi les réfugiés sud-soudanais. Le Ministère ougandais de la Santé a confirmé l'apparition d'une épidémie parmi la population réfugiée sud-soudanaise comptant plus de 59.000 personnes », a dit le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève.

La campagne de vaccination concernera tous les réfugiés ainsi que les enfants ougandais de moins de 15 ans dans les districts d'Arua et d'Adjumani. Après la campagne massive de vaccination, tous les enfants réfugiés arrivés dans les zones d'Adjumani, Arua et Kiryandongo passeront systématiquement une visite médicale de dépistage pour assurer qu'ils sont tous protégés.

Parallèlement, le HCR continue à fournir une aide aux Sud-Soudanais déjà en exil. En Ouganda, l'agence transfère des réfugiés depuis des centres de transit surpeuplés vers l'installation voisine de Nyumanzi.

En Ethiopie, jeudi, le HCR a transféré un premier groupe de 500 réfugiés depuis la frontière vers le camp de Leitchor, qui vient d'être établi dans la région de Gambella, à l'ouest du pays.

Depuis la mi-décembre, plus de 100.000 Sud-Soudanais ont fui vers les pays voisins : l'Ouganda, l'Ethiopie, le Kenya et le Soudan.

A l'intérieur du Soudan du Sud, environ 490.000 personnes sont désormais déplacées internes. De plus, le Soudan du Sud accueille 230.000 réfugiés, dont la plupart sont originaires du Soudan.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud : l’ONU salue l'annonce d'un cessez-le-feu

En savoir plus





Coup de projecteur