Syrie : l'ONU tire la sonnette d'alarme face à la détresse des réfugiés palestiniens à Yarmouk

Le camp de Yarmouk, foyer des réfugiés Palestiniens établis à Damas, en Syrie. Photo: IRIN/Gabriela Keller

22 janvier 2014 – Alors que des dizaines de dirigeants du monde étaient réunis mercredi à Montreux, en Suisse, pour tenter de trouver une solution politique à la crise en Syrie, l'ONU a appelé les parties prenantes dans ce pays à permettre l'accès au camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, à Damas, afin d'apporter une aide humanitaire de toute urgence.

Quelque 18.000 résidents sont piégés depuis plusieurs mois dans le camp assiégé. L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a tenté à plusieurs reprises de fournir une assistance humanitaire, mais cela est extrêmement difficile à cause des combats.

« Les agences humanitaires ont poursuivi les tentatives d'acheminer des rations alimentaires qui sont nécessaires pour sauver les résidents désespérés du camp de Yarmouk. Selon les informations, les enfants souffrent de malnutrition et des femmes meurent en couches à cause du manque d'assistance médicale », a affirmé le porte-parole de l'UNRWA, Chris Gunness.

« L'UNRWA a une nouvelle fois tenté d'apporter de la nourriture mardi, mais après avoir attendu toute la journée, nous avons été autorisé à fournir seulement 26 colis, ce qui signifie qu'à ce jour, nous n'avons pas pu apporter plus de quelques centaines de colis », a-t-il ajouté, en expliquant que cela ne représente qu'une minuscule fraction de ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins élémentaires des 18.000 personnes dans le camp.

Le porte-parole a indiqué que l'UNRWA travaille avec les autorités syriennes, qui facilitent la distribution de l'aide alimentaire, pour rendre le processus plus rapide afin de pouvoir fournir de plus grandes quantités de rations alimentaires et de médicaments aux civils dans le camp de Yarmouk.

Avant le début du conflit en Syrie, en mars 2011, le camp de Yarmouk, qui se trouve dans la banlieue sud de la capitale syrienne Damas, abritait plus de 160.000 réfugiés de Palestine. En décembre 2012, des groupes armés d'opposition ont investi le camp et poussé 140.000 personnes à fuir. Actuellement, les forces du gouvernement contrôlent la zone autour du camp.

La semaine dernière, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a affirmé avoir reçu des informations indiquant que plusieurs personnes mortes de faim, que d'autres consomment de la nourriture avariée, et que la situation est dangereuse pour les personnes blessées et les femmes enceintes qui n'ont pas accès aux soins médicaux.

La situation est aggravée par le manque d'approvisionnement en eau potable et les nombreuses coupures d'électricité. Des civils sont également régulièrement tués ou blessés lors de combats entre les groupes armés et les forces gouvernementales.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : les entraves à l’aide destinée à Yarmouk pourraient constituer un crime de guerre - Pillay

En savoir plus





Coup de projecteur