Conférence sur la Syrie : un espoir fragile mais réel, selon Ban

Le Secrétaire général Ban Ki-moon à la conférence de paix pour la Syrie Genève II. Photo: ONU

22 janvier 2014 – A l'ouverture de la conférence de paix sur la Syrie à Montreux, en Suisse, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a appelé tous les participants à trouver une solution politique au conflit qui ravage le pays depuis bientôt trois ans, estimant que les défis à relever n'étaient pas insurmontables.

« Après près de trois ans de conflit et de souffrances en Syrie, aujourd'hui est un jour d'espoir, fragile mais réel », a dit M. Ban dans un discours. « Pour la première fois le gouvernement syrien et l'opposition syrienne, les pays de la région et la communauté internationale sont réunis pour rechercher une solution politique. »

Le Secrétaire général a appelé les délégations syriennes à s'impliquer « de manière sérieuse et constructive. » « De grands défis nous attendent mais ils ne sont pas insurmontables », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a également exhorté tous les participants à la conférence « faire comprendre aux deux parties la nécessité et le caractère inévitable d'une solution politique » et à les encourager à arriver à « un règlement global basé sur le Communiqué de Genève ».

Le porte-parole du Secrétaire général a souligné que l'objectif de cette conférence de Montreux et des pourparlers qui vont suivre à Genève est « la mise en œuvre complète du Communiqué de Genève du 30 juin 2012, y compris l'établissement par consentement mutuel d'un gouvernement de transition avec les pleins pouvoirs exécutifs. »

Le Secrétaire général des Nations Unies a également appelé le gouvernement syrien et son opposition à « autoriser un accès immédiat et complet à toutes les communautés dans le besoin. »

« Tous les Syriens, et tous ceux dans la région qui sont affectés par cette crise, vous regardent vous qui êtes réunis » à Montreux pour mettre fin au conflit en Syrie, a encore dit M. Ban à l'adresse de tous les participants.

En marge de la conférence, le Secrétaire général a eu, mardi et mercredi, plusieurs rencontres bilatérales avec des participants à cette réunion. Il a aussi eu une rencontre trilatérale mardi soir avec le Ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavrov, et le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

Mercredi, avant la conférence, le Secrétaire général a rencontré le Ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, avec qui il a discuté notamment de la crise humanitaire et de la crise des réfugiés, a indiqué son porte-parole.

M. Ban devait aussi rencontrer le Ministre syrien des affaires étrangères, Walid Mouallem, a précisé son porte-parole.

A la clôture de la réunion de Montreux, qui a rassemblé plus de 40 délégations, le Secrétaire général a estimé que les discussions avaient été "plutôt intenses, productives et constructives".

"Nous n'attendions pas de percée à la conférence d'aujourd'hui. Personne ne sous-estime les difficultés", a ajouté M. Ban lors d'un point de presse.

La conférence de Montreux sur la Syrie va être suivie vendredi de pourparlers à Genève entre le gouvernement syrien et son opposition, sous la houlette du Représentant spécial conjoint Lakhdar Brahimi.

"Le travail vraiment difficile commence vendredi", a estimé le Secrétaire général. "Cela suffit! Il est temps maintenant de négocier."


News Tracker: autres dépêches sur la question

A la veille de la Conférence sur la Syrie, Ban discute avec des participants

En savoir plus





Coup de projecteur