OIT : la faible reprise économique ne touche pas l'emploi

20 janvier 2014 – La faible reprise économique mondiale n'a pas suscité d'amélioration sur les marchés du travail mondiaux: à l'échelle mondiale, le nombre de chômeurs a presque atteint les 202 millions en 2013, affirme l'Organisation internationale du travail (OIT) dans un nouveau rapport.

Ce rapport intitulé les « Tendances mondiales de l'emploi 2014 » relève que la croissance de l'emploi reste faible, que le chômage continue d'augmenter, surtout parmi les jeunes, et que beaucoup de travailleurs découragés restent en dehors du marché du travail.

Des profits ont été réalisés dans de nombreux secteurs mais ils sont essentiellement investis sur les marchés boursiers et pas dans l'économie réelle, nuisant aux perspectives d'emploi à long terme.

Au rythme actuel, 200 millions d'emplois supplémentaires seront créés d'ici à 2018. C'est inférieur au niveau requis pour absorber le nombre grandissant de nouveaux arrivants sur le marché du travail.

«Ce dont nous avons immédiatement besoin, c'est de repenser nos politiques. Nous devons accroître nos efforts pour accélérer la création d'emplois et soutenir les entreprises qui créent des emplois», a déclaré le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

Le rapport souligne l'impérieuse nécessité d'intégrer les jeunes dans la population active. Actuellement, environ 74,5 millions d'hommes et de femmes de moins de 25 ans sont sans emploi, avec un taux de chômage des jeunes qui dépasse 13 pour cent à l'échelle mondiale – plus de deux fois supérieur au taux de chômage mondial tous âges confondus.

Dans les pays en développement, l'emploi informel reste prépondérant et les progrès en matière de qualité de l'emploi s'essoufflent. Ce qui implique que moins de travailleurs réussissent à sortir de la pauvreté. En 2013, le nombre de travailleurs extrêmement pauvres – qui vivent avec moins de 1,25 dollar par jour – n'a reculé que de 2,7 pour cent à l'échelle mondiale, l'un des plus faibles taux des dix dernières années, à l'exception des années qui ont immédiatement suivi la crise.

La reprise mondiale des marchés du travail est freinée par un déficit de la demande globale. Dans de nombreuses économies développées, les réductions drastiques des dépenses publiques et les hausses des impôts sur le revenu et des taxes à la consommation pèsent lourdement sur les entreprises privées et les ménages.

En outre, le manque de coordination stratégique entre les politiques monétaires et budgétaires a nettement accru les incertitudes sur le marché du travail, avec des employeurs souvent réticents à embaucher ou à faire des investissements à long terme.

La durée du chômage s'est considérablement allongée et, dans certains pays comme l'Espagne et la Grèce, les demandeurs d'emploi ont besoin de deux fois plus de temps qu'avant la crise pour trouver un nouvel emploi. Dès lors, de plus en plus de ces travailleurs potentiels sont découragés et se tiennent à l'écart du marché du travail, ce qui entraîne une détérioration, voire une obsolescence, de leurs compétences, et à une aggravation du chômage de longue durée, a déploré Ekkehard Ernst, principal auteur du rapport.

« Alors qu'on estime que 23 millions de personnes auraient renoncé à chercher un emploi et abandonné le marché du travail, il est impératif d'instaurer des politiques actives en faveur de l'emploi avec plus d'énergie afin de lutter contre l'inactivité et l'inadéquation entre l'offre et la demande de compétences », a déclaré M. Ernst qui dirige l'Unité des tendances de l'emploi au sein du Département de la recherche de l'OIT.

Selon l'OIT, opérer un virage vers des politiques plus favorables à l'emploi et augmenter les revenus du travail permettraient d'accélérer la croissance économique et la création d'emplois, conclut le rapport. Dans les pays émergents ou en développement, il est vital de renforcer les socles de protection sociale et de promouvoir la transition vers l'emploi formel. Cela aussi contribuerait à soutenir la demande globale et la croissance mondiale, indique le rapport.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un nouveau rapport de l'ONU prévoit une croissance mondiale de 3% en 2014

En savoir plus





Coup de projecteur