Ban appelle au dialogue en Iraq et à des progrès dans le processus de paix israélo-palestinien

Bureau de vote lors d’élections en 2013 en Iraq. Photo MANUI

20 janvier 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé lundi les dirigeants politiques iraquiens à lancer des négociations ouvertes à tous face aux nouvelles menaces sur la stabilité de leur pays et a prévenu que de nouveaux incidents violents risquaient d'éclater en l'absence de résultats dans les négociations israélo-palestiniennes.

« Aujourd'hui je réitère mon message aux dirigeants politiques iraquiens d'honorer leurs responsabilités à assurer un dialogue inclusif, la cohésion sociale, et des résultats politiques concrets », a déclaré M. Ban lors d'une réunion du Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général s'est dit encouragé par les promesses des dirigeants iraquiens d'organiser des élections législatives à la date prévue du 30 avril 2014.

S'agissant du Liban, M. Ban a félicité la décision du Président Michel Sleiman de respecter la politique de dissociation du pays. Ceci est essentiel pour éviter que les tensions de la crise syrienne ne s'exacerbent au Liban comme on l'a vu avec les récents actes de terrorisme.

« Neuf ans après l'assassinat du Premier Ministre libanais Rafiq Hariri, l'ouverture la semaine dernière du procès relatif à cet assassinat est un rappel de la lutte pour mettre fin à l'impunité au Liban », a affirmé le Secrétaire général.

Il a noté que les violations de la frontière du Liban avec la Syrie se poursuivaient, avec notamment une escalade inquiétante de tirs de roquettes et de frappes aériennes dans la région de la Bekaa. Les réfugiés syriens continuent d'affluer au Liban en grand nombre, totalisant aujourd'hui plus de 860.000, soit six fois plus que l'an dernier.

« 2014 sera une année décisive pour aider les Israéliens et les Palestiniens à sortir d'un statu quo périlleux et insoutenable », a indiqué M. Ban, en précisant que les dirigeants des deux parties devaient se préparer à prendre des décisions audacieuses et faire des compromis douloureux pour faire avancer le processus de paix.

« Ils doivent préparer leurs peuples à ces étapes nécessaires », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général s'est notamment inquiété de la poursuite de la construction de colonies de peuplement qui est, selon lui, « totalement illégale ».

Une solution durable implique aussi que les Palestiniens surmontent leurs divisions, a insisté le Secrétaire général, espérant que les parties parviennent à un accord juste et conforme à toutes les questions clefs, dont les Principes de Madrid, la Feuille de route et l'Initiative de paix arabe de 2002.

« Les Palestiniens doivent être en mesure de réaliser leurs aspirations légitimes à un État, à l'autodétermination, à la dignité et à la liberté, y compris la fin de l'occupation qui a commencé en 1967 avec une solution juste au problème des réfugiés et une finalisation du statut de Jérusalem », a souligné M. Ban.

« De même, les Israéliens doivent être en mesure de vivre dans la paix et la sécurité, à l'intérieur de frontières reconnues, ouvrant la voie à leur intégration croissante dans une région stable et sécurisée », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

En visite en Iraq, Ban appelle les acteurs politiques à l'unité face à une situation préoccupante

En savoir plus





Coup de projecteur