Syrie : Ban salue la décision d'un groupe d'opposants de participer à Genève II

A Arsal, au Liban, des réfugiés syriens patientent pour être enregistrés par le HCR. Photo: HCR/M. Hofer

19 janvier 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies a salué la décision d'un groupe d'opposants syriens de participer à la conférence dite « Genève II » qui a pour but de réunir à partir du 22 janvier en Suisse le gouvernement et l'opposition de Syrie autour de la table de négociations.

« Il s'agit d'une avancée historique et courageuse dans l'intérêt d'une solution politique négociée au conflit qui dure depuis trois ans et a causé tant de destruction », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse au sujet de la décision de la Coalition nationale de la révolution et des forces de l’opposition syrienne.

Le Secrétaire général des Nations Unies « attend avec impatience la formation rapide par l'opposition d'une délégation qui représente largement la diversité de l'opposition syrienne, y compris les femmes », poursuit la déclaration.

Jeudi, le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des Etats arabes pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, avait regretté la décision d'un autre groupe d'opposition syrien, le Comité National de Coordination, de ne pas participer à « Genève II ».

« La conférence nous offre une chance de mettre fin à la violence », a insisté le Secrétaire général lors d'une conférence de presse dimanche au siège de l'ONU à New York.

La conférence "Genève II", qui sera présidée par M. Ban, ouvrira le 22 janvier à Montreux, en Suisse. Elle se poursuivra le 24 janvier à Genève sous la houlette de Lakhdar Brahimi. L'ONU a invité à la conférence plus de 30 Etats, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, ainsi que les représentants de la Ligue des Etats arabes, de l'Union européenne et de l'Organisation de la coopération islamique.

M. Ban a indiqué qu'il avait eu au cours des dernières 48 heures une série de réunions et de conversations téléphoniques sur la Syrie, à la suite desquelles il avait décidé d'inviter également à la réunion de Montreux l'Australie, Bahreïn, la Grèce, le Vatican, le Luxembourg, le Mexique, les Pays-Bas, la République de Corée et l'Iran.

« Je pense que l'élargissement de la présence internationale ce jour-là sera une démonstration de solidarité importante et utile avant que le gouvernement syrien et l'opposition ne commencent leur tâche difficile deux jours plus tard à Genève », a dit le Secrétaire général, ajoutant qu'il considérait nécessaire que l'Iran fasse partie de la solution à la crise syrienne.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : Brahimi regrette la décision d'un groupe d'opposition de ne pas participer à Genève II

En savoir plus





Coup de projecteur