FAO : les machines agricoles et l'agriculture durable doivent évoluer de pair

Une exploitation agricole à Madagsacar. Photo: FAO

17 janvier 2014 – Dans un nouveau livre sur la mécanisation des travaux des champs à travers le monde, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) estime que si les machines agricoles ont révolutionné l'agriculture et rendu moins pénible le travail de millions de familles paysannes et d'ouvriers agricoles, les machines du futur devront aller plus loin et promouvoir une agriculture durable et respectueuse de l'environnement.

L'ouvrage intitulé « Mécanisation du développement, une revue des tendances et des progrès à travers le monde », note ainsi que le Bangladesh, qui utilisait au début des années 1970 la force humaine et la traction animale, est désormais une des économies agricoles les plus mécanisées d'Asie du Sud, avec 300.000 motoculteurs de faible puissance, un million de pompes à irrigation à diesel et l'utilisation généralisée de moissonneuses batteuses.

En Afrique, où les ressources en terres sont les plus abondantes, moins de 10 pour cent des services de mécanisation sont motorisés. Dans l'agriculture, la force de travail provient essentiellement des animaux de trait (25 pour cent) et des paysans (plus de 60 pour cent), le plus souvent des femmes, des personnes âgées et des enfants.

En ce qui concerne le futur, l'ouvrage fait valoir que la conception des machines agricoles doit évoluer de pair avec le déploiement de l'intensification durable de la production agricole, qui prévoit une réduction de l'emploi des produits chimiques, une utilisation plus efficace de l'eau et des machines.

Les machines agricoles doivent être intelligentes, sobres, précises et efficaces de façon à minimiser leur impact sur les sols et les paysages. Les deux activités agricoles les plus nuisibles pour l'environnement sont le travail du sol, qui peut perturber gravement l'écologie des sols, et l'application de pesticides.

Les auteurs de l'ouvrage considèrent que les politiques gouvernementales devraient inciter la filière de la mécanisation agricole à développer des marchés pour les machines, en particulier dans le domaine de l'agriculture de conservation, et à mettre en place les infrastructures requises.

« L'industrie mondiale des machines agricoles devrait soutenir davantage les petits exploitants, en concevant des machines et des modèles mieux adaptés à leurs besoins et à ceux des prestataires de services», estime le rédacteur-en-chef de l'ouvrage. « À défaut d'un tel changement, il sera impossible de satisfaire les besoins des pays en développement en matière de sécurité alimentaire, de lutte contre la pauvreté, de croissance économique et de protection de l'environnement ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Les prix alimentaires mondiaux restent élevés mais stables, selon la FAO

En savoir plus





Coup de projecteur