Centrafrique : l'ONU se félicite de la démobilisation d'un premier groupe de 23 enfants soldats

A Bossangoa, en RCA, une fillette à l’entrée d’un abri de l’UNICEF réservé aux enfants. Photo: UNICEF

17 janvier 2014 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) s'est félicité vendredi de la démobilisation de 23 enfants âgés entre 14 et 17 ans des rangs de groupes armés en République centrafricaine (RCA), une libération qui devrait être suivie par d'autres dans les jours à venir.

« La libération de ces enfants est le résultat de négociations entre des représentants de l'ONU et les autorités de transition, qui a permis un accès sans entraves aux bases militaires dans le pays où les enfants ont donc pu être repérés parmi les combattants des ex-Séléka et des forces nationales et démobilisés », a expliqué la porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado, lors d'une conférence de presse à Genève.

Selon l'UNICEF, le nombre d'enfants enrôlés dans les rangs des groupes armés a considérablement augmenté depuis l'escalade des affrontements entre les ex-Séléka et les milices d'auto-défense des anti-Balaka. La situation sécuritaire dans le pays rend difficile le travail d'évaluation du nombre précis de ces enfants soldats, mais selon les estimations il pourrait s'élever à 6000.

« Les 23 enfants démobilisés se trouvent actuellement dans un centre de transit et d'orientation de l'UNICEF qui assure l'enseignement et des activités récréatives aux enfants ainsi qu'un soutien psychosocial en attendant qu'ils retrouvent leurs familles et qu'on prépare leur réinsertion », a indiqué la porte-parole de l'agence onusienne.

De son côté, la porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), Elisabeth Byrs, a affirmé que l'insécurité en République centrafricaine continue d'être une entrave à la fourniture d'assistance alimentaire dans le pays, et particulièrement à l'extérieur de la capitale Bangui. Aucun camion n'a pu accéder à la ville de Bozoum depuis 15 jours. Toutefois, malgré des difficultés considérables, un convoi de quatre camions a finalement atteint la ville de Bossangoa le 14 janvier.

« À cause d'une combinaison de facteurs, les camions ont été bloqués à la frontière camerounaise. Il s'agit de 400 camions, dont 48 du PAM qui transportent des denrées alimentaires et d'autres fournitures humanitaires. Les stocks de céréales à Bangui sont presque épuisées », a averti Mme Byrs, en soulignant que si la situation ne s'améliore pas, les rations devront être réduites à partir du 20 janvier et les distributions suspendues dans plusieurs endroits.

Le PAM a dépêché des membres de son personnel à la frontière pour tenter de débloquer la situation. L'agence onusienne a également indiqué qu'elle ne disposait pas de suffisamment de fonds pour poursuivre son intervention au-delà du mois de mars. Actuellement l'agence fait état d'un déficit de 95 millions de dollars pour l'année 2014.

De son côté, le Bureau intégré des Nations Unies dans le pays (BINUCA) a indiqué que l'élection destinée à pourvoir la position de chef d'Etat de la transition a été fixée pour lundi prochain.

« La BINUCA apportera un soutien à ce processus électoral avec ses partenaires régionaux et internationaux », a expliqué le porte-parole de l'ONU lors du point de presse quotidien à New York. « Le Représentant spécial du Secrétaire général en République centrafricaine, Babacar Gaye, a appelé la population et les dirigeants à maintenir le calme et à faire preuve de maturité lors de cet évènement important ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

République centrafricaine – L'ONU reprend la distribution de vivres après une interruption de trois semaines provoquée par des attaques à la machette

En savoir plus





Coup de projecteur