Ban Ki-moon salue l'ouverture du procès Hariri au Tribunal spécial pour le Liban

Rafic Hariri, Premier ministre du Liban assassiné.

16 janvier 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a salué jeudi l'ouverture, au Tribunal spécial pour le Liban (TSL), du procès de « l'affaire Ayyash et autres » qui concerne l'attentat du 14 février 2005 ayant causé la mort de 22 personnes, dont l'ancien Premier ministre du Liban, Rafic Hariri, et fait 226 blessés.

« Le Secrétaire général souligne l'importance de la lutte contre l'impunité pour la stabilité et la sécurité du Liban. Il exprime sa gratitude au gouvernement du Liban pour son soutien », a indiqué le porte-parole de M. Ban dans un communiqué de presse.

Selon le TSL, les accusés Salim Jamil Ayyash, Mustafa Amine Badreddine, Hussein Hassan Oneissi et Assad Hassan Sabra n'ont pas encore été appréhendés et la procédure se tient donc par contumace.

Le Conseil de sécurité a également salué le début du procès. Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil ont souligné « qu’il était d’une importance cruciale de combattre l’impunité pour la stabilité et la sécurité du Liban sur le long terme ».

De son côté, le Coordonnateur spécial des Nations Unies au Liban, Derek Plumbly, a fermement condamné un attentat à la voiture piégée qui a eu lieu jeudi dans le village de Hermel dans le nord-est du pays, et qui aurait fait plusieurs morts et blessés.

Selon une déclaration de son porte-parole, M. Plumbly s'est dit « préoccupé » par la multiplication des actes de violence qui ont eu lieu au Liban au cours des derniers mois, et il a appelé à ce que les auteurs de l'attaque soient appréhendés et traduits en justice au plus vite.

« Tout en ayant conscience de la colère et de la douleur engendrée par une telle violence, le Coordonnateur spécial exhorte tous les Libanais à faire preuve de retenue. Le soutien aux institutions de l'État, et en particulier à l'armée et aux forces de sécurité, est la meilleure façon de sauvegarder la stabilité et la sécurité du pays », a affirmé le porte-parole.

Le Conseil de sécurité a également condamné l’attentat terroriste et a présenté ses condoléances aux familles des victimes et exprimé sa sympathie à tous ceux qui ont été blessés.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil ont souligné la nécessité de traduire les auteurs de ces attentats devant la justice. Ils ont appelé tous les Libanais à préserver l’unité nationale.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Liban: de hauts fonctionnaires de l'ONU et le Conseil de sécurité condamnent un attentat meurtrier à Beyrouth

En savoir plus





Coup de projecteur