L'ONU demande beaucoup plus d'investissements dans les sources d'énergie propre

La Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Christiana Figueres. Photo: CCNUCC

15 janvier 2014 – La Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Christiana Figueres, a exhorté mercredi les investisseurs à accélérer la transition vers une économie verte à faibles émissions de carbone afin de mieux faire face et s'adapter aux changements climatiques.

« Les épargnes retraite, les assurances vie et les économies de milliards de gens ordinaires dépendent de la stabilité et de la sécurité à long terme des fonds d'investissement institutionnels. Les changements climatiques représentent l'une des principales menaces pour ces investissements ainsi que pour l'économie mondiale », a déclaré Mme Figueres, lors d'un sommet des investisseurs sur les risques climatiques qui a eu lieu au siège de l'ONU à New York.

« Les investisseurs institutionnels qui ignorent ces risques risquent d'être accusés de ne pas respecter leurs obligations envers leurs bénéficiaires, c'est-à-dire les femmes et les hommes qui ont épargnés pendant toute leur carrière pour financer leur retraites et pour leurs enfants », a-t-elle ajouté.

Selon la chef de la CCNUCC, il existe une « relation inversée » entre la cadence politique et le niveau de risques, puisque plus on tardera à mettre en place une politique claire, plus le risque sera grand pour les investisseurs. Il est donc dans l'intérêt de la communauté des investisseurs qu'une politique cohérente soit adoptée au plus vite.

Mme Figueres a donc appelé les investisseurs à demander aux entreprises dans lesquelles ils détiennent des parts de ne pas utiliser les fonds des actionnaires pour influencer les politiques de lutte contre les changements politiques.

« L'ignorance de l'impact d'un investissement sur les changements climatiques ne peut plus servir d'excuse. Ces jours sont révolus et nous devons maintenant effectuer les changements nécessaires du capital pour saisir les opportunités qui s'ouvrent », a affirmé Mme Figueres.

Selon l'Agence internationale de l'énergie, il est nécessaire d'investir 36.000 milliards de dollars à l'échelle mondiale dans les énergies propres d'ici 2050 pour atteindre l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Nomination de deux Envoyés spéciaux chargés de relancer les efforts de lutte contre les changements climatiques

En savoir plus





Coup de projecteur