Syrie : les bailleurs de fonds promettent 2,4 milliards de dollars pour l’aide humanitaire

Le Secrétaire général Ban Ki-moon lors de l’ouverture de la Conférence internationale de bailleurs de fonds sur la Syrie. Photo: ONU

15 janvier 2014 – A la Conférence internationale de bailleurs de fonds sur la Syrie réunie mercredi à Koweït City, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé mercredi que plus de 2,4 milliards de dollars avaient été promis pour répondre aux besoins humanitaires de millions de Syriens.

« Je remercie tous les participants pour leur engagement et leur soutien », a dit M. Ban dans son discours de clôture. « Vos promesses prouvent que les gens victimes de ce conflit ne sont pas oubliés. Vous envoyez également un signal fort aux pays voisins, soulignant que vous appréciez leur générosité, et qu'ils ne seront pas seuls à supporter le fardeau. »

Le Secrétaire général a indiqué que sept nouveaux pays ont promis une aide financière cette année alors qu'ils ne l'avaient pas fait l'an dernier et que 20 bailleurs de fonds ont augmenté leurs promesses par rapport à 2013.

A l'ouverture de la conférence, M. Ban avait appelé les bailleurs de fonds à la générosité. Il avait estimé avoir besoin de 6,5 milliards de dollars cette année pour répondre aux besoins humanitaires.

« Nous sommes confrontés à une crise régionale et à une crise humanitaire. Le Liban, la Jordanie, la Turquie, l'Iraq et l'Egypte accueillent actuellement plus de 3 millions de Syriens qui ont fui. Plus de 100 000 personnes ont été tuées. Beaucoup d'autres ont été blessées. Plus de la moitié de la population syrienne, soit près de 9,3 millions d'individus, a besoin immédiatement d'une aide humanitaire », a dit M. Ban.

Le Secrétaire général a estimé que la crise des réfugiés syriens pesait sur la situation politique et économique des pays voisins, entraînant notamment une hausse de l'instabilité en Iraq et au Liban.

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a estimé que les opérations humanitaires étaient cruciales pour des millions de Syriens chaque jour.

Elle a rappelé que le Programme alimentaire mondial (PAM) distribuait désormais de la nourriture à 3,8 millions de personnes, que plus de 10 millions de personnes ont accès à l'eau potable grâce aux efforts du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et de ses partenaires, que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'UNICEF ont soutenu une campagne de vaccination contre la polio concernant 2,2 millions d'enfants, que les Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) fournit des services de santé reproductive à 1,8 million de femmes et que le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) distribue des articles de secours à près de 5 millions de personnes et fournit une assistance financière à plus de 500 000 Syriens déplacés.

« Malgré cela, 2,5 millions de personnes sont dans des zones 'difficiles à atteindre'. La fluctuation des zones contrôlées militairement, la prolifération des groupes sur le terrain, l'augmentation des points de contrôle et la fermeture des routes compliquent la distribution de l'assistance humanitaire », a souligné Mme Amos.

S'agissant de la Conférence internationale sur la Syrie qui doit démarrer le 22 janvier en Suisse et qui a pour but de réunir le gouvernement et l'opposition de Syrie autour de la table de négociations, M. Ban a souhaité qu'elle permette « de lancer un processus politique, d'établir un organe de transition avec les pleins pouvoirs exécutifs et, surtout, de mettre fin à la violence. »

En marge de la conférence, le Secrétaire général a également rencontré l’Emir du Koweït et l’a remercié pour les 500 millions de dollars promis pour l’assistance aux Syriens.

Ban Ki-moon a aussi rencontré le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, le Premier ministre du Liban, Najib Mikati, le Ministre égyptien des affaires étrangères, Nabil Fahmy, le Ministre jordanien de la planification et de la coopération internationale, Ibrahim Saif, et la Commissaire européenne à la coopération internationale et à l’aide humanitaire, Kirstalina Georgieva.

Mardi, le Secrétaire général avait rencontré à Koweït City le Vice-Ministre iranien des affaires étrangères pour les pays arabes et africains, Hossein Amir Abdollahian.

Les deux hommes avaient discuté de la crise humanitaire en Syrie et « des idées iraniennes concernant les initiatives politiques régionales qui pourraient accompagner à la fois la Conférence internationale de Genève et les négociations entre le gouvernement syrien et l'opposition », a indiqué le porte-parole du Secrétaire général.


News Tracker: autres dépêches sur la question

En visite en Syrie, Valerie Amos appelle à renforcer l'intervention humanitaire

En savoir plus





Coup de projecteur