Soudan du Sud : un haut responsable de l'ONU à Juba pour une mission de quatre jours

Le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l’homme, Ivan Simonovic. Photo ONU/Rick Bajornas

14 janvier 2014 – Le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme, Ivan Simonovic, est arrivé mardi à Juba au Soudan du Sud pour une mission de quatre jours dans le pays afin d'évaluer la situation des droits de l'homme dans le pays et l'impact des récents combats sur la population civile.

Pendant sa mission, M. Simonovic rencontrera des représentants haut placés du gouvernement du Soudan du Sud, des représentants de l'ONU, la commission nationale des droits de l'homme ainsi qu'un grand nombre d'organisations de la société civile et de dirigeants communautaires.

À Juba, le Sous-Secrétaire général rencontrera aussi des personnes déplacées, des victimes des récentes violences et des personnes incarcérées. Il se rendra également dans les villes de Malakal, Bentiu et éventuellement à Bor, une ville située à 200 km de la capitale Juba qui fut durement affectée par les récents combats.

Dans une récente déclaration, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, avait exprimé sa préoccupation face aux graves violations des droits de l'homme qui ont eu lieu quotidiennement au Soudan du Sud depuis un mois.

La Haut-Commissaire et d'autres représentants et experts de l'ONU ont également exprimé leur vive préoccupation concernant la sécurité de ceux qui ont été arrêtés, dont des centaines de civils qui auraient été arrêtés suite à des perquisitions de maisons et détenus dans des lieux tenus secrets.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué mardi qu’un nombre accru de civils ont fui le Soudan du Sud pour se réfugier dans les pays voisins, l’Ouganda, l’Ethiopie et le Kenya, ainsi que dans des régions instables du Soudan.

Le porte-parole du HCR Adrian Edwards a indiqué aux journalistes à Genève que près de 78.000 personnes ont fui vers les pays voisins depuis la mi-décembre. Plus de la moitié d’entre elles ont rejoint la région du Nil occidental en Ouganda.

« En tout, 42.654 personnes, majoritairement des femmes et des enfants qui sont originaires de Nimule au Soudan du Sud, se trouvent désormais dans les districts ougandais d’Arua, Adjumani et Kiryandongo », a indiqué Adrian Edwards. « Selon nos collègues, de nombreux hommes amènent leurs familles à la frontière ougandaise et retournent ensuite dans leur pays. Nous avons reçu des témoignages de réfugiés faisant état de meurtres, de maisons réduites en cendres et de tirs ».

Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur des frontières du Soudan du Sud s’élève désormais à 355.000, ce qui est une augmentation considérable comparé aux 200.000 la semaine dernière. Ces nouveaux déplacements de populations sont alimentés par les combats eux-mêmes, ainsi que par la crainte de nouveaux combats, combinés à la détérioration des conditions de vie, et notamment une pénurie de nourriture.

Malgré les défis, le HCR continue de fournir une assistance à 230.000 réfugiés dans 10 camps au Soudan du Sud. L’agence prévoit de commencer des distributions alimentaires mercredi pour 77.000 réfugiés dans les camps de Yida et d’Ajuong Thok dans l’Etat d’Unity, avec l’appui de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud, qui a accepté de redéployer des troupes pour sécuriser Yida.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud : l'ONU prévient que la violence aggrave l'insécurité alimentaire

En savoir plus






Coup de projecteur