Timor-Leste : l'ONU salue le lancement d'une campagne de lutte contre la faim

Photo ONU/Martine Perret

9 janvier 2014 – La Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP), Noeleen Heyzer, a salué jeudi le lancement au Timor-Leste d'une campagne nationale de lutte contre la faim, dans le cadre de la campagne mondiale de l'ONU « Défi faim zéro ».

« La faim est un échec de développement impardonnable », a déclaré Mme Heyzer dans un discours au Parlement du Timor-Leste. « C'est le plus grand obstacle à l'avènement d'un avenir inclusif, durable et résilient que nous souhaitons pour les peuples d'Asie et du Pacifique. Ensemble, nous pouvons vaincre la faim. Le rôle principal dans cette lutte revient aux pays en développement de l'Asie et du Pacifique, avec le soutien des partenaires de développement ».

La campagne « Défi faim zéro » a été lancée par le Secrétaire général des Nations Unies en 2012. L'objectif est de favoriser un avenir où chacun a accès à une alimentation suffisante, et où les systèmes alimentaires soient suffisamment résilients pour pouvoir résister à de multiples chocs, notamment liés aux changements climatiques.

Des progrès considérables ont été réalisés dans la lutte contre la faim dans la région Asie-Pacifique, avec la réduction du nombre de personnes souffrant de faim chronique. Leur proportion représentait 13,5% de la population de la région pour la période 2011-13 contre 24% en 1990-92.

La région compte toutefois toujours plus de 553 millions de personnes malnutris. Dans certaines zones, notamment en Asie du sud et du sud-ouest, plus de 34% des enfants sont malnutris.

« En tant que Conseillère spéciale du Secrétaire général pour le Timor-Leste, je suis fière que la première campagne nationale en Asie-Pacifique ait été lancée aujourd'hui ici à Dili. Cela démontre l'engagement du gouvernement à agir urgemment contre la faim en Timor-Leste », a indiqué Mme Heyzer.

Selon les premiers résultats d'une nouvelle étude sur la malnutrition au Timor-Leste, les taux de malnutrition ont été considérablement réduits passant de 44,7% en 2010 à 38,1% en 2013, et le taux de malnutrition chronique chez les enfants âgés de moins de 23 mois a été réduit de 49% à 38% pendant la même période.

Il reste cependant beaucoup à faire, puisque selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), plus de 50% des enfants âgés de moins de cinq ans souffrent d'un retard de croissance.


News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO: coup d'envoi de l'Année internationale de l'agriculture familiale 2014

En savoir plus





Coup de projecteur