RDC: la MONUSCO en alerte au Nord-Kivu après l'assassinat d'un commandant de l'armée congolaise

Une escorte militaire de la MONUSCO en République démocratique du Congo (RDC). Photo ONU/Sylvain Liechti

3 janvier 2014 – La Mission de maintien de la paix des Nations Unies en République Démocratique du Congo (RDC) a intensifié ses patrouilles dans la province du Nord-Kivu, où les habitants manifestent contre l'assassinat d'un responsable militaire congolais de haut rang, a annoncé vendredi un porte-parole de l'ONU.

Hier, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la RDC, Martin Kobler, avait condamné le meurtre du colonel Mamadou Moustapha Ndala, des Forces armées congolaises (FARDC).

M. Kobler, qui dirige également la MONUSCO, avait rencontré le colonel Ndala à plusieurs reprise, un chef militaire « dynamique et courageux ». Saluant sa contribution à la paix et à la sécurité de son pays, il a réaffirmé la détermination de l'Organisation des Nations Unies à soutenir les Congolais.

« Cet acte n'entamera en aucune façon la ferme détermination de la MONUSCO à lutter contre les forces négatives, où qu'elles se trouvent et quelles que soient leurs motivations », a déclaré M. Kobler.

Le colonel, ainsi que trois autres soldats, ont été tués dans une embuscade tendue par des individus armés non identifiés.

La Mission a annoncé aujourd'hui qu'elle déploierait des troupes supplémentaires dans les environs de Beni et Lubero, au Nord-Kivu, où les habitants manifestent contre cet assassinat, affirme le porte-parole de l'ONU.

Au cours des dernières semaines, les Casques bleus de l'ONU stationnés dans cette partie du pays ont aidé les forces armées nationales à reprendre le contrôle d'une localité tombée aux mains d'un groupe rebelle ougandais, les Forces démocratiques alliées-Armée nationale de libération de l'Ouganda (ADF-Nalu), qui a laissé des dizaines de morts et provoqué des déplacements de population.

Conformément à son mandat de protection des civils, et en appui aux troupes des FARDC, la MONUSCO avait déployé deux hélicoptères de combat, qui avaient ouvert le feu sur les positions des rebelles ougandais, permettant aux troupes gouvernementales de reprendre Kamango.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La MONUSCO en alerte après des affrontements nourris entre forces gouvernementales et individus armés

En savoir plus





Coup de projecteur