Soudan du Sud: mobilisation de l'ONU pour venir en aide aux civils déplacés

Des civils sud-soudanais fuient les violences et cherchent refuge dans une base de la MINUSS. MINUSS/Rolla Hinedi

3 janvier 2014 – Alors que des pourparlers de paix sont sur le point de débuter entre le gouvernement du Soudan du Sud et les rebelles, de hauts fonctionnaires des Nations Unies dans le pays ont exhorté vendredi toutes les parties au conflit à protéger les civils et à permettre aux personnels humanitaires de leur venir en aide.

Lors d'un point de presse donné à Genève, Jens Laerke, du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a cité Toby Lanzer, le Coordonnateur humanitaire de l'ONU au Soudan du Sud, qui précise qu'au cours des deux dernières semaines, la violence a entraîné le déplacement d'environ 200.000 personnes et indirectement touché plusieurs centaines de milliers d'autres .

Les organismes d'aide redoublent donc d'efforts, surtout dans les localités touchées par les violences et dans les zones rurales où des civils ont trouvé refuge. « Le plus grand site se trouve à Awerial, dans l'État des Lacs, où jusqu'à 76.000 personnes se sont regroupées », a-t-il précisé, expliquant que les agences humanitaires y fournissent des vivres, des articles non alimentaires et des soins de santé, et se démènent pour rendre disponibles eau potable et latrines.

Les tensions au Soudan du Sud ont dégénéré en conflit ouvert le 15 décembre, après les accusations lancées par le gouvernement du Président Salva Kiir, contre son rival, l'ancien Vice-Président Riek Machar, limogé en juillet, et auquel est attribuée une tentative présumée de coup d'état. M. Kiir appartient à l'ethnie Dinka et M. Machar à celle des Lou Nuer, dont les membres se livrent depuis à des affrontements violents à travers tout le pays.

Plus d'un millier de personnes auraient été tuées et jusqu'à 180.000 autres déplacées depuis le début des combats, 57.000 d'entre elles étant toujours placées sous la protection de l'ONU. Ce matin, le porte-parole du Secrétaire général, Martin Nesirky, a précisé que le nombre de civils réfugiés dans les bases de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) à Bor et Malakal avait diminué ces derniers jours, mais que les chiffres fluctuaient d'un jour à l'autre.

Les représentants du Président sud-soudanais Salva Kiir et de son rival, l'ancien Vice-Président Riek Machar, se sont rencontrés hier dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba, sous les auspices de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), le bloc régional d'Afrique de l'Est, qui assure actuellement une médiation entre les deux parties.

Le Coordonnateur Toby Lanzer a appelé aujourd'hui toutes les parties à faciliter l'accès des agences humanitaires aux civils et à protéger et respecter les opérations, personnels et locaux des organismes d'aide.

Parallèlement, la communauté humanitaire a lancé un plan visant à prêter une assistance accrue aux personnes les plus gravement touchées, mais aussi à aider les réfugiés soudanais qui se trouvent dans les Etats sud-soudanais d'Unity et du Haut-Nil. En tout, ce plan, s'il est financé à hauteur des 166 millions de dollars qui font toujours défaut, répondrait aux besoins de 628.000 personnes au cours des trois prochains mois. La planification de l'OCHA prend en compte l'éventualité d'un doublement du nombre de personnes déplacées au cours de cette période.

M. Laerke rappelé qu'hier, la Secrétaire générale aux affaires humanitaires, Valerie Amos, avait réitéré la nécessité pour les organismes humanitaires de pouvoir avoir accès aux populations vulnérables. «Leur vie en dépend » avait-elle prévenu.

Pour sa part, la MINUSS continue d'assurer la protection de près de 57.000 civils réfugiés dans ses bases à travers tout le pays. Une baisse du nombre de ceux qui se trouvaient dans ses quartiers-généraux de Malakal et Bor a été observée au cours des derniers jours, mais la situation évolue rapidement.

En outre, la Mission a annoncé que deux unités de police constituées 246 policiers avaient été déployées au Soudan du Sud pour assurer la sécurité des civils réfugiés à l'intérieur de ses bases. Une équipe médicale détachée de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI ) est arrivée aujourd'hui même à Juba. Un soutien logistique aux opérations aériennes est par ailleurs assuré par la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO).


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud: alors que débutent des pourparlers de paix, l'ONU réitère son appel à la fin des violences

Aucun résultat
Aucun résultat