Liban: de hauts fonctionnaires de l'ONU et le Conseil de sécurité condamnent un attentat meurtrier à Beyrouth

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Photo: ONU/Eskinder Debebe (Photo d’archive)

27 décembre 2013 – De hauts fonctionnaires de l'ONU, ainsi que le Conseil de sécurité, ont condamné vendredi dans les termes les plus vigoureux l'attentat à la voiture piégée qui a tué ce matin, en plein cœur de Beyrouth, au moins six personnes, dont l'ancien ministre Mohamed Chatah.

D'après les médias, le chauffeur de M. Chatah a également été tué, ainsi que cinq autres personnes, tandis qu'une cinquantaine d'autres auraient été blessées. Ancien ministre des finances et ambassadeur du Liban aux États-Unis, M. Chatah était un proche de l'ex-Premier ministre Saad Hariri.

« En sa qualité de ministre des finances au sein du gouvernement [de] Saad Hariri et de conseiller en politique étrangère auprès du Premier ministre Fouad Siniora, M. Chatah a été une voix infatigable en faveur de la tolérance, de la diversité et de la modération », a déclaré à la mi-journée le porte-parole du Secrétaire général Ban Ki-moon, pour qui « sa mort est une perte énorme pour le Liban et un rappel de la nécessité de mettre fin à l'impunité ».

Le Secrétaire général, poursuit-il, est profondément préoccupé par les actes récurrents de terrorisme au Liban qui constituent une grave menace pour la stabilité du pays et la cohésion nationale. « Il se félicite des efforts déployés par les autorités […] pour faire face aux défis qui se posent […] et protéger le pays des répercussions de la crise en Syrie voisine. Il demande instamment à toutes les parties libanaises de faire preuve de retenue et de soutenir les institutions de l'Etat et en particulier les forces de sécurité, alors qu'elles cherchent à empêcher de nouveaux actes de terrorisme. »

De son côté, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le Liban, Derek Plumbly, s'est déclaré choqué et profondément attristé par l'attentat qui a coûté la vie à Mohammad Chattah, qu'il considérait « comme un ami proche, un homme sage, courageux et patriotique, qui a toujours cherché à promouvoir le dialogue dans le meilleur intérêt du Liban. »

Enfin, les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur condamnation « sans équivoque » de toute tentative de déstabiliser le Liban par des assassinats politiques et exigé « la fin immédiate du recours à l'intimidation et à la violence contre des personnalités politiques ».

Dans une déclaration adressé à la presse, le Conseil appelle tous les Libanais à préserver l'unité nationale face à des tentatives de déstabilisation du pays et souligne l'importance pour toutes les parties libanaises de respecter la politique de dissociation du Liban et de s'abstenir de toute implication dans la crise syrienne, conformément à l'engagement qu'ils ont pris au titre de la Déclaration de Baabda.

Adoptée en juin 2012, la déclaration de Baabda leur demande notamment de s'engager à recourir au dialogue et à œuvrer à la consolidation des fondements de la stabilité et de la paix civile au Liban.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Secrétaire général condamne l'attentat terroriste perpétré près de l'ambassade iranienne à Beyrouth

En savoir plus





Coup de projecteur