Syrie: devant l'escalade de la violence, Ban plaide de nouveau pour une solution politique au conflit

Le Secrétaire général Ban Ki-moon. Photo: ONU/Paulo Filgueiras (photo d’archive)

26 décembre 2013 – Le Secrétaire général de l'ONU s'est dit jeudi gravement préoccupé par l'escalade des combats en Syrie au cours des derniers jours, en particulier à Alep, où des centaines de civils auraient été tués ou blessés.

Dans une déclaration rendue publique en fin de journée par son porte-parole, Ban Ki-moon « condamne l'usage continu et sans discernement d'armes lourdes et les tirs de mortier contre des zones où vit la population civile [ainsi que] de bombes par les forces gouvernementales, comme ce fut le cas très récemment à Alep ».

« Toutes les parties au conflit doivent respecter le droit international humanitaire et les droits de l'homme. Tous les civils doivent être protégés en toute circonstance », souligne le texte.

Le Secrétaire général, souligne le porte-parole, est particulièrement préoccupé par le fait qu'« au moment où les efforts s'intensifient pour amener les parties syriennes à la table des négociations, l'escalade de la violence ne pourrait servir que l'intérêt de ceux qui voient dans les moyens militaires la seule façon d'avancer, au détriment du peuple syrien qui a déjà assez souffert ».

Plus de 100.000 personnes ont déjà trouvé la mort dans le conflit en Syrie depuis mars 2011 et huit millions d'autres ont été contraintes de fuir leurs foyers, dont deux millions dans les pays voisins.

Dans sa déclaration d'aujourd'hui, le Secrétaire général appelle aussi les belligérants à libérer toutes les personnes détenues ou enlevées, à mettre fin aux sièges et à permettre un accès humanitaire sans entrave à tous les nécessiteux. « Plus important encore, tous doivent commencer à travailler dès maintenant pour atténuer les violences et se concentrer plutôt sur une solution politique et pacifique au conflit. »

Des préparatifs sont en cours pour organiser une conférence internationale de paix à laquelle le gouvernement syrien et une délégation de l'opposition participeront pour la première fois ensemble.

La conférence, qui débutera à Montreux le 22 janvier 2014 et se poursuivra à Genève, se déroulera sous les auspices du Représentant spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue des États arabes pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, et de responsables gouvernementaux des États-Unis et de la Russie, ainsi que de plus de 30 autres pays.

L'objectif de la conférence dite de « Genève II » est de parvenir à une solution politique au conflit par un accord global entre le gouvernement et l'opposition pour la mise en œuvre intégrale du communiqué de Genève, adopté le 30 juin 2012, au terme de la toute première réunion internationale sur la question, communiqué qui demandait notamment la création d'un gouvernement de transition chargé d'organiser des élections démocratiques.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie: les préparatifs de la conférence de Genève « en bonne voie », affirme le Secrétaire général

En savoir plus





Coup de projecteur