Le HCR annonce un nombre sans précédent de personnes déracinées en 2013

Des réfugiés maliens en route vers le Burkina Faso. Photo: HCR/B. Sokol

20 décembre 2013 – Dans un rapport publié vendredi, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) prévient qu'en 2013 un nouveau record pourrait être atteint avec le plus haut niveau de déplacements forcés de population jamais observé, à cause du nombre exceptionnellement important de nouveaux réfugiés et de personnes nouvellement déplacées.

Selon le rapport, près de 5,9 millions de personnes ont été forcées de fuir leurs maisons durant le premier semestre 2013, en comparaison de 7,6 millions pour toute l'année 2012. Le pays ayant généré le plus grand nombre de personnes déracinées est la Syrie.

Le rapport statistique du HCR sur les tendances mondiales pour le premier semestre 2013 couvre les déplacements forcés de population qui se sont produits à cette période, selon les données collectées par les représentations du HCR dans plus de 120 pays. Il montre une forte hausse de plusieurs indicateurs importants, et notamment du nombre de nouveaux réfugiés qui atteint 1,5 million pour le premier semestre 2013 en comparaison de 1,1 million pour l'ensemble de l'année 2012.

Un autre indicateur concerne les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, avec quatre millions de déplacés internes enregistrés au premier semestre 2013, en comparaison de 6,5 millions pour toute l'année 2012. Par ailleurs, plus de 450.000 demandes d'asile ont été déposées, ce chiffre étant toutefois similaire à celui observé durant le premier semestre 2012. Le rapport décrit le premier semestre 2013 comme « l'une des pires périodes depuis des décennies pour le déplacement forcé. »

« Il est difficile de voir des chiffres si élevés sans demander pourquoi tant de personnes deviennent aujourd'hui des réfugiés ou des personnes déplacées internes », a indiqué le chef du HCR, António Guterres, dans un communiqué de presse.

« Les organisations humanitaires fournissent une assistance vitale, mais nous ne pouvons ni empêcher ni faire cesser les guerres. Ceci nécessite beaucoup d'efforts et de volonté politique, ce sur quoi doit se concentrer l'attention de la communauté internationale de façon bien plus concertée », a-t-il ajouté.

Le déplacement forcé – qui concernait 45,2 millions de personnes dans le monde à la fin 2012 – est déjà à son plus haut niveau depuis le début des années 1990, essentiellement du fait de l'escalade des nouveaux conflits. Ce chiffre n'est pas mis à jour dans ce tout dernier rapport statistique du HCR sur les Tendances mondiales pour le premier semestre 2013.

Toutefois, il le sera dans le rapport sur les Tendances mondiales pour 2013 qui sera publié à la mi-2014. Le rapport lance néanmoins une alerte sur le niveau du déplacement forcé global pour l'année 2013 qui pourrait être encore plus élevé qu'en 2012, principalement à cause de la poursuite d'afflux massifs depuis la Syrie et de nombreux déplacements de population à l'intérieur même de ce pays.

Le HCR travaille à aider les réfugiés dans les crises majeures à travers le monde, à l'exception des réfugiés palestiniens placés sous la responsabilité de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) ainsi que des situations de déplacement interne où les déplacés bénéficient d'une aide directe assurée par les autorités de leur propre pays.

Le rapport met en lumière, dans plusieurs régions, des hausses de populations « relevant de la compétence » du HCR. Il s'agit, par rapport au nombre de réfugiés à la fin 2012, d'une hausse de 600.000 personnes pour atteindre le nombre de 11,1 millions à la mi-2013 ainsi que d'une forte augmentation du nombre de déplacés internes relevant de la compétence du HCR depuis 17,7 millions à la fin 2012 à 20,8 millions à la mi-2013.

Par ailleurs, 189.300 réfugiés sont rentrés dans leurs pays d'origine durant les six premiers mois de 2013, alors que 33.700 autres ont bénéficié d'une réinstallation dans des pays tiers. Environ 688.000 personnes déplacées internes sont rentrées chez elles dans les pays où le HCR vient en aide à des déplacés internes. L'Afghanistan demeure le principal pays générant des réfugiés, soit 2,6 millions, et le Pakistan, le principal pays d'accueil, avec 1,6 million de réfugiés sur son sol.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Plus de 710.000 déplacés en République centrafricaine, selon le HCR

En savoir plus





Coup de projecteur