RCA : Pillay appelle à des efforts soutenus et urgents, à l'échelle nationale et internationale pour éviter un désastre

Des enfants attendent une distribution d’eau potable dans une école en République centrafricaine. Photo: IRIN/Hannah McNeish

20 décembre 2013 – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a averti vendredi que la situation en République centrafricaine (RCA) reste extrêmement volatile, avec la poursuite de la violence, de l'intimidation et une absence de gouvernance. L'implication présumée d'éléments originaires de pays voisins augmente le risque d'une crise qui pourrait devenir dangereuse et difficile à contrôler si rien n'est fait.

Une équipe de surveillance des droits de l'homme de l'ONU présente en RCA a documenté des violations des droits de l'homme commises au cours des derniers mois, y compris des tueries, des violences sexuelles, des détentions arbitraires, des attaques contre des hôpitaux, des destruction de propriétés et la prise pour cible d'individus sur la base de leur religion.

L'équipe a aussi reçu des rapports faisant état de violences continues, commises à la fois par des groupes anti-Balaka et par des forces ex-Séléka, dans diverses parties du pays.

« À Bangui, des individus ayant fui leur domicile ne veulent plus y retourner de peur d'attaques imminentes par des groupes anti-Balaka, groupes qui, selon des informations, semblent s'armer de plus en plus lourdement et s'organiser davantage de jour en jour », a déclaré Mme Pillay.

« Dans l'ouest du pays, à Bouar, notre équipe a été témoin de tentatives clairement destinées à fomenter la peur et la méfiance entre les communautés religieuses, et de l'implication présumée d'éléments armés issus des pays voisins. Nous avons aussi reçu des rapports selon lesquels les forces ex-Séléka ont distribué des armes à la population civile musulmane », a-t-elle ajouté.

Bouar a été le théâtre d'un massacre de civils par des forces ex-Séléka le 26 octobre 2013, avec au moins 18 morts et de nombreux blessés. Depuis, il y a eu un certain nombre de rapports faisant état de représailles par des groupes anti-Balaka.

L'équipe des droits de l'homme des Nations Unies a aussi reçu des rapports d'attaques, de représailles et de contre-représailles à Bohong, à 75 kilomètres de Bouar dans la Préfecture de Ouham Pende, qui ont fait de nombreux morts. Au cours des dix derniers jours, au moins 12 musulmans auraient été lynchés à Bangui. L'équipe examine des rapports faisant état d'attaques continues et d'abus commis à Boganangone, à 210 kilomètres à l'ouest de Bangui, par un violent colonel ex-Séléka. L'équipe est actuellement en visite à Bossangoa, à 400 kilomètres au nord-ouest de Bangui.

La Haut-Commissaire a averti que les différences religieuses étaient manipulées par des dirigeants politiques, avec des conséquences mortelles.

« Trop souvent dans l'histoire, nous avons vu la manipulation politique des différences religieuses et ethniques entraîner d'horribles violations et des dommages durables sur le tissu social d'un pays », a averti Mme Pillay. « J'exhorte les dirigeants aux niveaux national et local en République centrafricaine à cesser d'attiser la violence sur la base de la religion. »

La Haut-Commissaire a exhorté toutes les parties à se rassembler pour résoudre la situation du pays par le dialogue.

« La seule façon d'empêcher des souffrances à grande échelle dans le pays est que toutes les parties renoncent à la violence et aillent de l'avant grâce à un dialogue constructif », a affirmé Haut-Commissaire.

« La communauté internationale doit également donner la priorité au désarmement de toutes les parties et au fait que les auteurs de graves violations des droits de l'homme rendent des comptes. La mise en place d'une commission d'enquête devrait envoyer un message fort aux auteurs de violations que la communauté internationale est déterminée à leur faire rendre des comptes », a-t-elle ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RCA: des experts de l'ONU exhortent les parties à cesser les violences et à reprendre le contrôle de leurs forces

En savoir plus





Coup de projecteur