«2013, une année riche en évènements», selon le Président de l'Assemblée générale

Le Président de la soixante-huitième session de l’Assemblée générale, John Ashe, en conférence de presse. Photo: ONU/Eskinder Debebe

18 décembre 2013 – A l'occasion de sa conférence de presse de fin d'année, le Président de la soixante-huitième session de l'Assemblée générale, John Ashe, a estimé que 2013 avait été une « année riche en évènements », qui se terminera par la tenue, demain, d'une réunion spéciale en hommage à Nelson Mandela.

Revenant sur les temps forts de cette session, il est notamment revenu sur le coup de théâtre qui s'est produit au lendemain de l'élection de dix nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité. « Nous, États Membres, avons tenu des élections incontestées au Conseil de sécurité pour la toute première fois, pour apprendre un jour plus tard que l'un des pays élus avait changé d'avis », a dit M. Ashe en faisant référence à la décision prise par l'Arabie saoudite de ne pas occuper le siège de membre non permanent auquel elle avait élue au Conseil de sécurité. Ce siège a finalement été pourvu et est allé à la Jordanie.

Toujours à propos du Conseil, M. Ashe a indiqué que les négociations intergouvernementales portant sur sa réforme depuis très longtemps demandée par les États Membres, négociations suspendues pour diverses raisons, avaient tout repris la semaine dernière. Plusieurs réunions auront lieu au début de l'année, s'est-il félicité.

La réforme du Conseil de sécurité est une « question au long cours » a dit le Président de l'Assemblée, en indiquant qu'il ne voulait faire de prédictions à ce sujet. Il reste beaucoup à faire, a-t-il dit. « Vous, les enfants éventuellement présents ici, serez devenus des adultes d'ici à ce que nous arrivions à conclure ce processus », a-t-il prévenu.

M. Ashe a rappelé que, dès son élection à la présidence de l'Assemblée générale, il avait annoncé son intention d'organiser plusieurs réunions de haut niveau, ainsi que des débats thématiques, « entre février et juin 2014 ». En outre, un évènement sera organisé en septembre pour faire le point sur les objectifs de développement durable et leur financement à long terme.

Interrogé à plusieurs reprises sur la question de la réforme du Conseil de sécurité, M. Ashe a souligné qu'il y a un avis unanime sur la nécessité de ce processus. Les idées relatives à cette réforme ne manquent pas, a-t-il remarqué, tout en relevant « le manque de volonté politique commune qui constitue un gros obstacle pour aller de l'avant. »

« Il reste beaucoup de difficultés à surmonter et je ne voudrais pas donner l'impression qu'il y a une sorte de remède miracle qui pourrait apporter une solution à ce problème de longue date », a-t-il expliqué.

S'agissant d'une éventuelle date butoir pour l'aboutissement de la réforme, comme certains le demandent, M. Ashe a répondu qu' « en présence de 193 États Membres, ce n'est pas parce que certains appellent à suivre une certaine voie que les autres vont forcément suivre ».

« Au cours des vingt dernières années, nous avons tenté de parvenir à une position sur laquelle tout le monde pourrait s'entendre », a-t-il rappelé, remarquant qu'on n'en était pas encore arrivé à ce stade.

Passant aux problèmes engendrés par les changements climatiques, le Président de l'Assemblée a remarqué que les parties commençaient à comprendre l'intérêt d'une éventuelle indemnité pour les pays en développement afin de compenser les effets négatifs qu'a sur eux ce phénomène. « Je crois qu'ils sont tombés d'accord au moins sur une sorte de mécanisme de dédommagement », a-t-il dit.

Enfin, M. Ashe a assuré que l'Assemblée générale commencerait dès février prochain à se concentrer sur le futur programme de développement pour l'après 2015, afin de définir un cadre de négociations sur son contenu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Réforme du Conseil de sécurité: le Président de l'Assemblée invite les États membres au compromis

Coup de projecteur