La MONUSCO réclame l'ouverture d'une enquête après la découverte de 21 corps dans l'est de la RDC

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo (RDC), Martin Kobler. Photo: ONU/Mark Garten

16 décembre 2013 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo (RDC), Martin Kobler, a exprimé lundi sa consternation après la découverte d'au moins 21 corps dans les villages de Musuku et Mwenda, situés dans la province du Nord-Kivu.

« Les victimes, dont des femmes et des enfants – dont le plus jeune serait âgé de quelques mois à peine – auraient été tués avec une extrême brutalité, pour la plupart à l'arme blanche, le 13 et 14 décembre 2013 », précise la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) dans un communiqué de presse.

Trois filles mineures auraient été violées par les assaillants avant d'être décapitées. Le corps mutilé et démembré d'un enfant aurait aussi été retrouvé sur un arbre, dans le village de Musuku.

« Ces atrocités ne resteront pas impunies, les auteurs ne connaitront pas de répit tant qu'ils n'auront pas répondu de leurs actes devant la justice », a prévenu M. Kobler.

La MONUSCO a renforcé ses patrouilles dans les zones concernées et usera de tous les moyens nécessaires pour assurer la protection des populations locales. La mission onusienne appelle par ailleurs à l'ouverture d'une enquête dans les plus brefs délais pour faire toute la lumière sur ces graves violations des droits de l'homme.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RDC: des jeunes et des enfants de Kinshasa victimes d'une opération policière, selon la MONUSCO

En savoir plus





Coup de projecteur