Face à un nombre record de réfugiés et de déplacés, le HCR appelle les bailleurs de fonds à se mobiliser

A Arsal, au Liban, des réfugiés syriens patientent pour être enregistrés par le HCR. Photo: HCR/M. Hofer

11 décembre 2013 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé mercredi les bailleurs de fond à répondre généreusement à son appel financier global en faveur des réfugiés, déplacés et apatrides pour 2014, qui s'élève actuellement à 5,27 milliards de dollars.

Mardi, ils se sont engagés à fournir un montant de 671,6 millions de dollars pour financer en 2014 les opérations de l'agence, dans un contexte international marqué par des déplacements de populations sans précédent, notamment en Syrie, mais aussi en République centrafricaine et en République démocratique du Congo (RDC).

C'est le montant le plus élevé jamais annoncé par les donateurs à cette période de l'année. En 2012, lors de la précédente conférence d'annonces de contributions à Genève, les donateurs s'étaient engagés à verser initialement 550 millions de dollars.

« Les contributions annoncées aujourd'hui sont importantes car elles fournissent au HCR des indicateurs budgétaires pour commencer 2014, ainsi que sur le montant global des ressources probablement allouées sur l'ensemble de l'année », se félicite l'agence onusienne dans un communiqué de presse. En 2013, le HCR a reçu au total 2,8 milliards de dollars.

« En 2013, deux millions de personnes supplémentaires sont devenues des réfugiés et c'est de loin le plus grand nombre de nouveaux réfugiés en près de 20 ans », a rappelé le Haut-Commissaire António Guterres lors de la conférence.

M. Guterres a remercié les donateurs et les pays accueillant des réfugiés de leur soutien sans faille, essentiel selon lui dans le succès des efforts humanitaires. « Je suis profondément reconnaissant […] pour la hausse significative des financements reçus en 2013. L'année prochaine sera très difficile et nous aurons besoin de cette générosités similaire », a-t-il ajouté.

Si 2013 a été marquée par de nouveaux déplacements massifs, des situations prolongées, comme par exemple celles des réfugiés afghans et somaliens, qui durent depuis des décennies, ont continué d'accaparer le HCR.

« De nouvelles situations d'urgence apparaissent chaque année, et celles qui existent déjà prennent de plus en plus de temps à être résolues. La capacité du HCR et de ses partenaires a été une fois de plus mise à rude épreuve. Les ressources nécessaires pour répondre à ces crises – et à beaucoup d'autres – ont atteint des niveaux encore plus élevés que l'an dernier », a indiqué le chef du HCR.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie: sur fond d'hiver rigoureux, le HCR redouble d'efforts pour prêter assistance

En savoir plus






Coup de projecteur