De nouveaux éléments inscrits sur la liste du patrimoine immatériel de l'UNESCO nécessitant une sauvegarde urgente

La cérémonie de la Paach, au Guatemala, est un rituel de vénération du maïs célébré à San Pedro Sacatepéquez.Photo: UNESCO/E. Sacayon

4 décembre 2013 – Quatorze nouveaux « éléments » ont été inscrits mardi, par l'Organisation des Nations Unies pour la science, l'éducation et la culture (UNESCO), sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente.

Parmi ces éléments, traditions immatérielles ou formes d'arts, figurent la calligraphie mongole, qui est une technique d'écriture classique qui repose sur quatre-vingt-dix lettres reliant verticalement des traits continus pour former des mots.

Cette calligraphie a connu une renaissance depuis la démocratisation de la Mongolie dans les années 1990, après des décennies de répression. Les mentors sélectionnent traditionnellement les meilleurs calligraphes et les forment entre cinq et huit ans. Actuellement, seuls trois universitaires d'âge mûr enseignent bénévolement cette technique à une vingtaine d'étudiants à peine cet art en voie d'extinction.

Enraciné dans l'ouest de l'Ouganda l'Empaako des Batooro, Banyoro, Batuku, Batagwenda et Banyabindi est un système d'attribution de nom grâce auquel des enfants reçoivent l'un des douze noms communs aux communautés locales au cours d'une cérémonie présidée par le chef de clan et les membres de la famille.

Le fait de s'adresser à quelqu'un par son nom empaako constitue une affirmation de l'identité et de l'unité sociale et une déclaration d'affection, de respect, d'honneur ou d'amour qui peut atténuer les tensions. Ce rituel de transmission est menacé en raison du déclin général de l'appréciation de la culture traditionnelle.

Le tchovgan , est un jeu équestre traditionnel de la République d'Azerbaïdjan. Il est pratiqué à dos de chevaux Karabakh sur un terrain recouvert d'herbe où s'affrontent deux équipes de cinq cavaliers montés. Les joueurs se servent de maillets en bois pour faire avancer, vers le but adverse, une petite balle en cuir ou en bois. Le jeu se déroule au son du janghi, une musique instrumentale traditionnelle. Le tchovgan renforce le sentiment d'identité ancré dans la culture nomade. Sa pratique et sa transmission ont cependant faibli en raison du manque de joueurs, d'entraîneurs et de chevaux karabakhs, liés aux conditions socioéconomiques dans le pays.

La cérémonie de la Paach au Guatemala, est un rituel de vénération du maïs célébré à San Pedro Sacatepéquez. Il décrit les processus de culture et de récolte du maïs et comporte des danses, des prières en langue mam et un repas. Les anciens décorent les épis de maïs, disent des prières au cours de la cérémonie et coordonnent la préparation et le service de la nourriture. Ils effectuent également une danse cérémonielle sur de la musique jouée au marimba. Depuis quelques années, la cérémonie de la Paach souffre d'un manque d'intérêt, de la part des jeunes, notamment.

L'inscription d'éléments sur la Liste de sauvegarde urgente permet aux États parties à la Convention de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de mobiliser la coopération et l'assistance nécessaires pour assurer la transmission de ce patrimoine avec la participation des communautés concernées.

Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO tiendra à Bakou sa huitième session jusqu'au 7 décembre.


News Tracker: autres dépêches sur la question

De la Roumanie au Venezuela, en passant par la Turquie et Oman : des traditions immémoriales inscrites au patrimoine immatériel de l'UNESCO

En savoir plus





Coup de projecteur