Navi Pillay dresse un « bilan mitigé » de la situation des droits de l'homme dans le monde

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay. Photo: ONU/Jean-Marc Ferré

2 décembre 2013 – La Haut-Commissaire des Nations Unies Navi Pillay a dressé lundi un « bilan mitigé » des droits de l'homme dans le monde, où des progrès lents mais réguliers dans certaines régions coexistent avec des situations alarmantes dans d'autres, comme celles qui sévissent en Syrie et en République centrafricaine (RCA).

« Alors que nous nous approchons de la fin 2013, nous sommes témoins de situations où la volonté de la communauté internationale à agir en temps opportun est déjà mise à rude épreuve », a déclaré Mme Pillay lors d'une conférence de presse donnée à Genève.

« Outre la Syrie, où l'ampleur et la brutalité des violations commises par des éléments des deux côtés défie presque l'entendement, la République centrafricaine voit sa situation se détériorer rapidement et les signaux d'alarme sonnent avec stridence. »

« Partout, les turbulences se multiplient », a-t-elle relevé, citant la « grave instabilité » actuelle au Bangladesh à l'approche de l'élection présidentielle, les « actions musclées » des administrations successives en Égypte pour empêcher les individus d'exercer leur droit à des manifestations pacifiques ou encore les affrontements qui font rage en Thaïlande.

Parallèlement, les représailles contre les organisations de la société civile, les militants des droits de l'homme et les journalistes enquêtant sur les violations des droits de l'homme sont « extrêmement préoccupantes » dans un certain nombre de pays, a poursuivi la Haut-Commissaire.

Elle a également attiré l'attention sur la situation des migrants, qui continuent d'être traités comme des citoyens de seconde zone dans de nombreux pays, ainsi que sur l'exploitation politique continue de la xénophobie et du racisme en Europe et dans d'autres régions industrialisées.

« A côté de tout cela, il y a des progrès, qui parfois se font avec lenteur et loin des projecteurs, parfois sont l'objet de changements politiques majeurs – comme les réformes annoncées au cours des deux dernières semaines par le gouvernement chinois », a relevé Mme Pillay.

Alors que 2013 marque le 20ème anniversaire de la création du Bureau du Haut-Commissaire aux droits de l'homme (HCDH), Mme Pillay a reconnu que, dans l'ensemble, le système des droits de l'homme aux Nations Unies est beaucoup plus solide qu'il y a deux décennies.

Simultanément, les problèmes demeurent.

« Les institutions des droits de l'homme de l'ONU, même si elles fonctionnent bien, sont insuffisantes », a-t-elle ajouté.

« Le reste de l'Organisation – les États membres, le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale, ainsi que tous les organismes, fonds et programme de l'ONU – ont besoin de mettre leur influence au service de la cause commune qu'est l'amélioration des droits de l'homme partout le monde, conformément à la Charte des Nations Unies. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Égypte: Ban exhorte les autorités égyptiennes à garantir le droit à organiser des manifestations pacifiques

Coup de projecteur