Le règlement de la crise syrienne contribuerait à l'amélioration de la sécurité en Iraq, affirme l'ONU

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq, Nickolay Mladenov. Photo: MANUI

25 novembre 2013 – « Le défi le plus impérieux auquel fait face le peuple d'Iraq est la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays. L'impasse politique est un facteur aggravant que les groupes terroristes et armés mettent à profit en ciblant les civils, afin d'inciter à la haine interconfessionnelle et de saper l'autorité du gouvernement », a estimé lundi le nouveau Représentant spécial pour l'Iraq, Nickolay Mladenov, qui s'exprimait pour la première fois en sa qualité devant le Conseil de sécurité.

Egalement Chef de la Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI), M. Mladenov, était venu présenter deux rapports du Secrétaire général, qui affirme que la violence et le terrorisme ont atteint en Iraq des niveaux inégalés depuis 2008, tout en notant les répercussions négatives que le conflit en Syrie continue d'avoir sur la stabilité du pays.

« Le conflit syrien a conféré une dimension régionale aux tensions confessionnelles et permis à des groupes comme Al-Qaïda de forger des liens avec des factions similaires qui combattent de part et d'autre de la frontière entre les deux pays », a fait observer le Représentant spécial. Le règlement de la crise en Syrie, qui doit passer par le dialogue national et une stratégie régionale contre toutes les formes d'extrémisme, est vital pour rétablir la stabilité en Iraq.

« Ceci permettrait de créer, a-t-il estimé, un environnement au sein duquel les communautés ethniques et religieuses de l'Iraq pourraient parvenir à un équilibre, sans influence extérieure indue. » Il incombe cependant au Conseil de sécurité de jouer un rôle pour trouver une solution aux défis de la région, a-t-il précisé.

Le Représentant spécial a tenu à signaler que les responsables iraquiens étaient de plus en plus préoccupés par les influences extérieures, notamment en Syrie, et par les tensions régionales, qui continuent de nourrir la menace terroriste en Iraq. « Ils s'alarment de l'escalade de la violence, a-t-il dit, en assurant qu'ils réaffirment leur soutien aux Nations Unies, « l'interlocuteur neutre à qui toutes les parties peuvent s'adresser ».

« Les terroristes visent à créer un vide politique, en assassinant des responsables politiques dans les provinces de Ninive, d'Anbar et de Salah el-Din. En ciblant des pèlerins chiites et des mosquées sunnites, ils sèment les graines d'un conflit interconfessionnel », a-t-il prévenu. À ce jour, près de 9.000 civils et de membres des forces de sécurité iraquiennes ont été tués entre juillet et octobre de cette année, a-t-il indiqué.

« Si une réponse militaire est nécessaire, la lutte contre les activités terroristes passe aussi par la réparation des violations des droits de l'homme, peu importe par qui et quand ces violations ont été commises », a prévenu le chef de la MANUI, en invitant le gouvernement iraquien à mener toutes ses enquêtes dans le respect de l'état de droit.

La lutte contre le terrorisme exige des responsables politiques iraquiens qu'ils œuvrent de concert afin de réduire les tensions, a rappelé le Représentant spécial. La promotion de l'inclusion passe par la complète mise en œuvre de la Constitution, y compris la séparation des pouvoirs, le fédéralisme et la décentralisation. »

M. Mladenov a précisé que 202.000 réfugiés syriens étaient enregistrés en Iraq, avant d'expliquer que l'impact de la crise dans leur pays était particulièrement visible dans le Kurdistan iraquien, qui accueille 98% d'entre eux.

Concernant le sort des anciens résidents du camp Ashraf, transférés depuis au camp Hurriya, le Représentant spécial s'est dit profondément préoccupé par leur sécurité, après que 52 personnes ont trouvé la mort dans l'attaque par des hommes armés non identifiés le 1er septembre dernier. « J'appelle le Gouvernement de l'Iraq à assurer leur sécurité », a-t-il insisté. La réinstallation des résidents dans des pays tiers reste, a-t-il dit, la seule solution sur le long terme.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban Ki-moon condamne fermement la vague d'attentats terroristes qui endeuille l'Iraq à la veille de l'Aïd

En savoir plus





Coup de projecteur