Pays-Bas: un groupe d'experts demande que le débat autour d'une tradition controversée se déroule dans le respect de chacun

Logo du Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme.

21 novembre 2013 – Un groupe d'experts indépendants des Nations Unies a affirmé jeudi avoir reçu des plaintes d'organisations de la société civile et d'individus concernant la représentation du personnage du folklore néerlandais « Zwarte Piet », qui accompagnerait celui de Saint Nicholas [Santa Claus]. Selon ses détracteurs, il perpétue un stéréotype négatif pour les personnes d'ascendance africaine.

Les experts ont adressé une lettre au gouvernement des Pays-Bas pour lui faire part de ces préoccupations. Celui-ci a confirmé en retour l'existence d'un débat autour de cette tradition, que de plus en plus de gens jugent insultante. Le gouvernement néerlandais a d'ailleurs souligné l'existence de mécanismes qui permettent aux individus de porter plainte en cas de discrimination.

« Cette correspondance fait partie d'un rapport publié en septembre 2013. Depuis le mois d'octobre, nous avons commencé de recevoir des réactions troublantes, notamment des insultes et des menaces. Nous avons été profondément choqués par l'intolérance manifestée par ceux qui ne peuvent pas comprendre les problèmes liés à la représentation de Zwarte Piet et que son image puisse être appréhendée de manière négative », déclarent les membres du Groupe de travail d'experts sur les personnes d'ascendance africaine.

« La tradition a évolué et continue d'évoluer, mais il est évident que de nombreuses personnes, surtout d'ascendance africaine, et qui vivent au Pays-Bas, considèrent que certains aspects du personnage de Zwarte Piet ont une connotation coloniale inacceptable, raciste et insultante. Depuis le début de ce débat, des personnes d'origine africaine ont été victimes d'insultes à caractère raciste, ce que nous condamnons », poursuivent les experts.

Ils précisent qu'à l'instar de celui autour de Zwarte Piet, des débats ont lieu partout dans le monde sur des pratiques traditionnelles, et que le rôle du Groupe est de répondre aux préoccupations de personnes et de groupes marginalisés ou stigmatisés, et qui risqueraient de subir des réactions négatives en prenant ouvertement la parole.

« Il revient au peuple néerlandais de débattre et de décider. Nous encourageons vivement le gouvernement à soutenir et à faciliter un débat ouvert au sein de la société, afin de forger une compréhension de la perception de cette tradition par les différents groupes et d'identifier la marche à suivre pour répondre à toutes les préoccupations », ajoutent les experts.

« Le débat doit être inclusif, pacifique et respectueux et l'établissement de plateformes, forums et mécanismes appropriées pourrait être utile à cette fin. »

Le Groupe de travail d'experts sur les personnes d'ascendance africaine est présidé par Verene Sheperd et composé de l'Experte indépendante des Nations Unies dans le domaine des droits culturels, Farida Shaheed, de l'experte indépendante sur les questions relatives aux minorités, Rita Izsak et du Rapporteur spécial sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée, Mutuma Ruteere.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Après l'« affaire Maria », une experte de l'ONU rejette le sentiment anti-rom en Europe

En savoir plus


Aucun résultat
Aucun résultat