En dépit de disparités régionales, ONUSIDA se félicite des succès enregistrés dans la lutte contre le VIH

Au Cambodge, une femme atteinte du VIH/sida s’aide d’une canne pour s’approcher de son lit d’hôpital. Photo: World/Masaru Goto

20 novembre 2013 – Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) s'est félicité mercredi de l'accélération des progrès dans la lutte contre la pandémie, avec une baisse considérable du nombre des nouvelles infections et de la mortalité des séropositifs dans le monde.

Selon l'agence onusienne, 2,3 millions de personnes ont été infectées en 2012, ce qui représente une chute de 33% par rapport au nombre des infections recensées en 2001, et les décès consécutifs au sida – 1,6 millions l'an dernier – ont reculé de 30% depuis 2005, grâce notamment à un meilleur accès aux traitements antirétroviraux.

En outre, le nombre d'enfants infectés en 2012 a atteint 260.000, soit une réduction de 52% par rapport à 2001. Actuellement, 9,7 millions de personnes sont sous traitement antirétroviral, soit une augmentation de près de 20% en un an.

Cependant, le nombre d'infections continue de progresser dans certaines régions, dont l'Europe de l'Est et l'Asie centrale, et a même doublé en Afrique du Nord et au Moyen Orient depuis 2001.

Dans ces régions, les populations les plus exposées – homosexuels, toxicomanes, transsexuels et travailleurs du sexe –, ont rarement accès aux services de santé appropriés.

« Chaque individu compte. Si nous souhaitons honorer notre promesse de n'oublier personne, nous devons garantir l'accès aux traitements antirétroviraux pour tous ceux qui en ont besoin », affirme le Directeur exécutif d'ONUSIDA, Michel Sidibé, dans un communiqué de presse.

L'agence souligne que dans les pays considérés comme prioritaires, seuls trois enfants séropositifs sur dix bénéficient d'un tel traitement, alors de 64% des adultes concernés y ont accès.

« Nous avons été témoins d'une volonté politique considérable et de réels progrès dans le domaine de la réduction de la transmission de la mère à l'enfant, mais nous oublions les enfants infectés. Nous avons besoin de toute urgence de meilleurs diagnostics et de médicaments adaptés pour les enfants, quelle que soit l'importance de ce marché », a déclaré M. Sidibé.

Si le nombre d'enfants qui bénéficient de traitement antirétroviraux a augmenté de 14% entre 2011 et 2012, cette progression demeure plus lente que celle des séropositifs adultes, en hausse de 21% au cours de la même période.

Malgré la stagnation du financement depuis 2008, les dépenses publiques ont considérablement augmenté au niveau national, représentant 52% des fonds disponibles en 2012 pour la lutte contre le VIH/sida.


News Tracker: autres dépêches sur la question

ONUSIDA: des services adaptés sont nécessaires pour des patients atteints du VIH de plus en plus âgés

En savoir plus





Coup de projecteur