Syrie: l'escalade des violences à Qarah pousse 6.000 réfugiés de plus à franchir la frontière avec le Liban

A Arsal, au Liban, des réfugiés syriens patientent pour être enregistrés par le HCR. Photo: HCR/M. Hofer

19 novembre 2013 – L'escalade des violences dans et autour de la ville de Qarah, dans l'est de la Syrie, ont forcé environ 6.000 personnes à franchir la frontière avec le Liban, a annoncé mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Les réfugiés nous ont expliqué avoir passé plusieurs jours dans des abris souterrains avant de décider de fuir. Une famille de 10 personnes nous a déclaré s'être entassée dans une seule voiture samedi soir car la situation devenait intenable », a indiqué un porte-parole du HCR.

Les partenaires humanitaires du HCR sur le terrain travaillent dans l'est du Liban depuis vendredi dernier avec les autorités gouvernementales et locales pour gérer cet afflux, a-t-il ajouté.

La plupart des réfugiés nouvellement arrivés se trouvent désormais à Arsal, dans le nord-est du Liban, ville qui compte une population d'environ 60.000 personnes, dont 20.000 réfugiés enregistrés avant ce dernier afflux.

Quelque 100 familles ont transité via Arsal vers des villages voisins, y compris Jdeide, Fakeha et Al-Ain. Les autorités locales ont déclaré au HCR qu'environ 300 familles sont retournées dimanche à Yabrud, en Syrie.

Le HCR et ses partenaires disposent de plans d'aide d'urgence pour répondre à ces mouvements soudains – y compris si un plus grand nombre de réfugiés franchissaient la frontière. Il est cependant à craindre que les violences en cours dans les environs de Qarah et Qalamoun contraignent davantage de personnes à fuir la Syrie vers la plaine de la Bekaa, déjà mise à rude épreuve.

Plus de 1.000 familles syriennes parmi celles qui sont nouvellement arrivées à Arsal se sont enregistrées auprès de la municipalité locale ces trois derniers jours et ont obtenu une aide d'urgence. Cette assistance, qui se poursuit, se fait sous la forme de vivres, de couvertures, de matelas, d'ustensiles de cuisine et de kits d'hygiène.

Accueillir de nouveaux arrivants en grand nombre demeure un défi. Les réfugiés nouvellement arrivés ont été orientés vers quatre centres d'hébergement collectif temporaires dans des bâtiments publics et des mosquées. Jusqu'à 80 familles ont trouvé refuge dans des installations informelles. D'autres ont monté des abris de fortune dans des bâtiments inachevés ou sont logés chez des communautés locales.

« Le HCR et ses partenaires sont prêts à fournir de nouvelles options de logement si les autorités approuvent l'utilisation de certains terrains. En attendant, tout est fait pour veiller à ce que les emplacements temporaires soient protégés des rigueurs de l'hiver », a précisé le porte-parole, qui a expliqué que l'accès à l'eau potable et à l'assainissement reste préoccupant.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le HCR souligne l'urgence à fournir une aide aux personnes déplacées en Syrie avant l'arrivée du froid hivernal

En savoir plus





Coup de projecteur