Paralysie de l'école dans le nord du Mali, constate une mission de l'UNESCO

La cité de Tombouctou, dans le nord du Mali. Photo: UNESCO/F. Bandarin

19 novembre 2013 – L'occupation du nord du Mali par des groupes armés a eu de graves conséquences sur le système éducatif, s'est alarmée mardi l'Organisation des Nations Unies pour la science, l'éducation et la culture (UNESCO), qui fait état d'une « quasi-paralysie » du système éducatif dans l'académie de Tombouctou, tandis qu'à Gao et Kidal, la rentrée n'a pu avoir lieu.

C'est ce qu'a pu constater une mission conjointe de l'UNESCO et du gouvernement malien, qui s'est rendue du 18 au 23 octobre sur place, où elle a pu constater qu'une grande partie des infrastructures scolaires avait été saccagée et pillée, précise un communiqué de l'Organisation.

Le mobilier scolaire a été détruit et utilisé comme combustibles. Par ailleurs, les équipements électriques et informatiques – groupes électrogènes, câbles, serveurs, ordinateurs, imprimantes –, les livres et le matériel de laboratoire ont été saccagés ou brulés.

« La situation de l'enseignement dans le nord du Mali est particulièrement préoccupante. En s'attaquant aux écoles, les extrémistes ont tenté de saper les fondations mêmes de la société, comme j'ai pu le constater lors de ma visite dans le pays en février dernier. Il est fondamental aujourd'hui de mettre tout en œuvre pour permettre aux élèves de retrouver au plus vite le chemin de l'école. Il en va de l'avenir même de toute la région », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova.

Par ailleurs, l'occupation a entrainé le déplacement de nombreux enseignants et d'élèves du primaire et du secondaire, à l'intérieur du pays mais aussi vers les pays limitrophes comme le Niger, la Mauritanie, le Burkina Faso et l'Algérie. À Tombouctou, la mission a constaté que la plupart des enseignants n'avaient toujours pas rejoint leurs postes.

Dans le primaire, seuls 52% des enseignants sont aujourd'hui en poste et 1.197 enseignants manquent à l'appel dans toute l'Académie de Tombouctou. Dans le secondaire, seuls 8 % des professeurs sont en fonction et 150 sont encore attendus. Au niveau de l'enseignement technique et professionnel, seuls 7,5 % des enseignants sont de nouveau en fonction, alors que 134 professeurs manquent à l'appel.

Quant aux élèves du préscolaire et du primaire, ils ne sont que 60% à avoir retrouvé le chemin de l'école. Dans l'enseignement secondaire, 3.200 élèves sont absents sur les 3.616 que comptait l'Académie et dans l'enseignement technique, seulement 167 élèves répondent à l'appel sur les 1.412 attendus.

Dans les régions de Gao et de Kidal, la rentrée scolaire n'a pu avoir lieu en raison notamment du non-paiement des primes de déplacement et d'installation aux enseignants.

Face à ces constats alarmants, l'UNESCO et le Mali lancent un appel à la communauté internationale pour recueillir des fonds en vue d'assurer le retour des enseignants par une campagne de sensibilisation et par l'instauration de primes pour les enseignants exerçant dans les régions nord. Il s'agit aussi de dresser un état des lieux des dégradations de l'ensemble des infrastructures scolaires.

La mission recommande également la mise en place d'un accompagnement psycho-social des enseignants, des parents d'élèves et des élèves traumatisés par la crise. Elle préconise aussi le lancement d'une campagne nationale d'alphabétisation, notamment à destination des femmes, pour les sensibiliser à l'importance de scolariser les enfants, en particulier les jeunes filles.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Mali : l'UNESCO approuve une aide d'urgence pour permettre de dresser un inventaire du patrimoine immatériel

En savoir plus



Aucun résultat
Aucun résultat