Philippines: le HCR prête assistance à des milliers de rescapés en quête d'une aide ou de leurs proches

Des survivants du super-typhon Haiyan, dans leur abri de fortune à San Roque, dans la provinde Leyte, dans les Philippines. Photo: HCR/V. Tan

19 novembre 2013 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré mardi que des milliers de rescapés du typhon Haiyan aux Philippines auraient quitté Tacloban et d'autres zones touchées pour rechercher des proches ou une aide, à Cebu ou à Manille.

Peu après que l'arrivée du typhon sur le pays le 8 novembre dernier, des habitants ont commencé de quitter la zone par avion ou par mer. Des avions-cargos acheminant de l'aide depuis Cebu vers Tacloban, Guiuan ou d'autres villes reviennent chaque jour avec à bord des dizaines de personnes déplacées. Selon les autorités philippines, jusqu'à quatre millions de personnes seraient désormais déplacées à l'intérieur du pays.

À partir de demain, le HCR et ses partenaires collecteront, depuis l'aéroport de Tacloban, des informations, sur ces personnes déplacées, leur destination et leurs vulnérabilités, et tenteront de leur assurer une aide à l'arrivée et de prévenir tout incident en matière de trafic d'êtres humains. Ce système de suivi en matière de protection devrait s'étendre à d'autres zones.

Lundi, les équipes de protection du HCR sur le terrain sont arrivées à Ormoc dans les régions de Leyte et de Guiuan, toute deux frappées par le typhon. Les communications avec le personnel déployé à Guiuan restent difficiles en raison de la destruction des infrastructures. Selon les rescapés, des villages entiers du littoral ont été emportés par le typhon et l'onde de tempête.

À Tacloban, le HCR a distribué des bâches en plastique et des couvertures. Des tentes familiales ont également été envoyées à Tanauan, au sud de Tacloban, pour aider les autorités à établir un site d'accueil temporaire pour personnes déplacées. Environ 15.000 personnes dans ces deux zones ont déjà reçu une assistance.

L'aide du HCR continue de parvenir dans le pays via pont aérien. Deux autres avions-cargo sont attendus aujourd'hui. Au total, neuf rotations aériennes permettront d'acheminer 10.000 tentes, 112.000 couvertures, 66.000 bâches en plastique, 9.000 lampes à énergie solaire et d'autres biens de secours seront acheminées, pour prêter assistance à plus de 100 000 personnes.

À la demande de Valérie Amos, Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordinatrice des secours d'urgence, le HCR a augmenté le montant de son appel de fonds à hauteur de 15 millions de dollars.

Parallèlement, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) affirme que des centaines de milliers d'agriculteurs philippins dont les cultures ont été balayées par le typhon Haiyan ont besoin d'une aide d'urgence pour pouvoir ressemer avant la clôture de la saison en cours.

Si la production de riz à l'échelle nationale devrait rester proche du niveau de l'an dernier, la production régionale essuiera de grosses pertes, prévient la FAO, qui avertit que les agriculteurs des zones touchées pourraient être confrontés à de graves problèmes d'insécurité alimentaire et de moyens de subsistance s'ils ne parviennent pas à semer les prochaines cultures durant les semaines à venir.

« Les premières estimations montrent que des centaines de milliers d'hectares de riz et d'autres cultures fondamentales comme la noix de coco ont été touchés par le typhon », s'est alarmé le Directeur de la Division FAO des situations d'urgence et de la réhabilitation, Dominique Burgeon.

« Les semis de la campagne secondaire – principalement du riz irrigué – étaient bien avancés et les récoltes sont vraisemblablement gravement compromises. Si nous voulons éviter que des régions entières soient dépendantes de l'aide alimentaire, il nous faut agir sans délai pour aider les familles vulnérables à semer ou ressemer d'ici fin décembre », a-t-il ajouté.

Outre la distribution de semences et d'engrais, il est capital de reconstruire les infrastructures agricoles, telles que magasins de stockage et équipements d'irrigation, pour les perspectives à plus long terme de la production rizicole. La campagne secondaire de riz dépend en grande partie des systèmes d'irrigation dont les dégâts se répercuteront sur la récolte.

Dans le cadre de l'Appel humanitaire éclair des Nations Unies lancé le 12 novembre, la FAO a donc lancé un appel de fonds d'un montant de 24 millions de dollars pour des interventions immédiates ciblées sur 250.000 ménages.

L'Organisation envisage également de fournir aux agriculteurs des semences de riz et de maïs, des outils, des engrais et du petit matériel d'irrigation afin qu'ils puissent ressemer durant la campagne secondaire. Les familles recevront également des semences maraîchères pour pouvoir surmonter la période de soudure jusqu'à la prochaine récolte.

La FAO compte également dispenser une aide aux communautés sinistrées de pêcheurs et d'aquaculteurs. À moyen terme, elle collaborera avec ses partenaires à des programmes d'argent-contre-travail et de nourriture-contre-travail pour débarrasser les fermes des décombres et remettre en état les infrastructures agricoles.

Environ 13 millions de personnes ont été frappées par le typhon Haiyan et plus de quatre millions déplacées, selon les dernières estimations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire est de 2,5 millions.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Philippines: la réouverture des routes et des aéroports permettent à l'aide d'arriver, malgré une pénurie de carburant

Coup de projecteur