Ban veut donner à l'assainissement une place centrale dans l'agenda de développement post-2015

Photo: ONU/Patricia Esteve

19 novembre 2013 – « Il faut absolument donner à l'assainissement une place centrale dans l'agenda de développement pour l'après-2015 », a exhorté mardi le Secrétaire général de l'ONU à l'occasion de la Journée mondiale des toilettes, observée pour la toute première fois cette année.

Préoccupé par l'absence ou l'insuffisance de systèmes d'assainissement et d'hygiène pour près de 2,5 milliards de personnes dans le monde, Ban Ki-moon a expliqué qu'il fallait éviter à tout prix que plus de 800.000 enfants âgés de moins de cinq ans – soit plus d'un par minute –, ne meurent de diarrhée chaque année.

« De plus, d'innombrables enfants sont atteints de maladies graves qui, outre les souffrances qu'elles provoquent, ont des effets à long terme sur leur santé et leur développement », s'alarme M. Ban dans le message qu'il a adressé pour marquer cette Journée.

« La défécation à l'air libre est pratiquée par plus d'un milliard d'entre elles. Il faut en finir avec les tabous et faire de l'assainissement pour tous une priorité de développement à l'échelle mondiale. »

Pour les pays en développement, le coût de la mauvaise qualité de l'eau et de l'assainissement s'élève à près de 260 milliards de dollars par an, soit 1,5 % de leur produit intérieur brut, note le patron de l'ONU. « Or, chaque dollar investi peut en rapporter cinq en ce qu'il permet de garder la population en bonne santé et en état de travailler. Les filles sont 11 % de plus à fréquenter l'école lorsqu'elles y trouvent des toilettes qui leur conviennent. Par ailleurs, les femmes risquent moins d'être agressées quand elles ont l'usage de toilettes particulières. »

Malgré la nécessité impérieuse, « tant économique que morale », de s'attaquer aux problèmes d'assainissement, les progrès ont été trop faibles et trop lents. C'est pourquoi le Secrétaire général a lancé cette année un Appel à l'action en faveur de l'assainissement, dont l'objectif est de mettre fin à la défécation à l'air libre d'ici à 2025 en faisant fond sur des initiatives déjà en place comme le partenariat Assainissement et eau pour tous et la campagne pour l'assainissement 2010-2015, 2015 étant également l'échéance fixée pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

« Nous sommes loin d'avoir atteint l'OMD qui consiste à réduire de moitié le pourcentage de la population qui n'a pas accès à des services d'assainissement de base. Nous devons de toute urgence mettre les bouchées doubles […] pour obtenir rapidement des résultats tangibles, en donnant à l'assainissement la place qui lui revient de droit pour l'après-2015.

Les solutions ne sont pas obligatoirement coûteuses ou techniquement sophistiquées, relève le Secrétaire général. De nombreux modèles ont fait leurs preuves, qui ne demandent qu'à être reproduits. Nous devons aussi faire un travail d'éducation auprès des populations à risque et modifier les perceptions culturelles et les pratiques anciennes qui n'ont plus de raison d'être dans le monde moderne où nous vivons.

En juillet 2013, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 19 novembre Journée mondiale des toilettes. Son objectif est de changer les comportements et la politique sur des questions allant du renforcement de la gestion de l'eau à l'élimination de la défécation en plein air, pratiquée par 1,1 milliard de personnes à travers le monde.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'Assemblée générale désigne le 19 novembre Journée mondiale des toilettes

En savoir plus





Coup de projecteur