Cambodge: l'ONU demande l'ouverture une enquête sur l'usage excessif de la force par la police

Le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), Rupert Colville. Photo: HCDH

15 novembre 2013 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé vendredi sa préoccupation devant les violences récentes au Cambodge, où la police aurait matraqué des manifestants et tiré, à balles réelles et en caoutchouc, contre des manifestants.

Lors d'une conférence de presse donnée à Genève, le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, a indiqué que l'incident, qui a eu lieu dans le quartier de Stung Meanchey, dans la capitale Phnom Penh, le 12 novembre dernier, devait faire l'objet d'une enquête pour veiller à ce soient tenus comptables de leurs actes les individus ayant recouru à un usage excessif de la force.

Les affrontements ont éclaté après que des ouvriers du textile en grève ont été empêchés de manifester devant la résidence du Premier ministre.

« Un passant a été tué et plusieurs autres grièvement blessés au cours d'affrontements entre manifestants et forces de sécurité, ainsi que des civils qui, initialement, ne prenaient pas part à la manifestation », a expliqué M. Colville. « Des témoins ont vu la police matraquer des manifestants et tirer à balles réelles et en caoutchouc à bout portant ».

Selon le porte-parole, si la majorité des 38 individus arrêtés lors des affrontements ont été libérés, deux mineurs – âgés de 14 et 17 ans – se trouveraient toujours en détention.

Cet incident fait suite à d'autres affrontements qui ont eu lieu en septembre près du pont de Monivong à Phnom Penh, où les forces de police et de gendarmerie ont tiré sur la foule, faisant un mort et plusieurs blessés.

« Nous suivons l'affaire avec les autorités concernées et les incitons à ouvrir une enquête rapide et approfondie pour veiller à ce que les membres des forces de sécurité qui se seraient rendus coupables de recours à une force excessive soient tenus responsables », a déclaré M. Colville.

« Nous les exhortons également à assurer que les mineurs qui ont été arrêtés sont traités d'une manière adaptée à leur âge et en conformité avec les normes internationales relatives aux droits de l'homme ».

Le HCDH a également enjoint aux manifestants de veiller au caractère pacifique de leurs rassemblements et aux autorités de garantir le respect du droit d'expression et d'association pacifique.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Elections au Cambodge : un expert de l'ONU appelle au calme et à la réconciliation

En savoir plus





Coup de projecteur