RCA: l'UNICEF demande l'ouverture d'enquêtes sur des allégations de meurtres d'enfants

Un centre de l’UNICEF à Bossangoa en République centrafricaine. Photo: OCHA/Laura Fultang

14 novembre 2013 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a exhorté jeudi le gouvernement de transition de la République centrafricaine (RCA) à ouvrir une enquête sur les récentes allégations selon lesquelles des meurtres d'enfants auraient été perpétrés dans le cadre de la recrudescence des violences dans ce pays.

« De telles allégations doit être examinées avec le plus grand sérieux et faire l'objet d'enquêtes approfondies », déclare le Représentant de l'UNICEF en RCA, Souleymane Diabaté, dans un communiqué de presse. « Si ces allégations venaient à être vérifiées, ses auteurs devront être traduits en justice. Depuis le début de la crise, la population cherche désespérément à se protéger. L'impunité doit cesser dès maintenant ».

Depuis le mois de septembre, les affrontements entre groupes d'autodéfense appelés anti-Balaka et forces de l'ex-coalition rebelle Séléka ont provoqué les déplacements de près de 400.000 personnes. De nombreux civils ont été tués, dont des enfants, en particulier à Bossangoa, Bouar, Bohong et Yaloke, dans le nord-ouest du pays.

Devant le refus de nombreuses familles déplacées de prendre le chemin du retour, les équipes de l'UNICEF ont établi deux camps à Bossangoa pour assurer la sécurité de 600 enfants, qui peuvent participer à des activités récréatives et artistiques et bénéficier d'un soutien psychosocial.

« L'UNICEF condamne fermement tous les actes de violence commis contre des enfants et demande au gouvernement de transition de veiller à ce que les auteurs de tels actes soient identifiés et traduits en justice », souligne l'agence onusienne.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RCA : appel urgent à l'action du Secrétaire général pour résoudre la crise

En savoir plus




Coup de projecteur