Philippines: l'ONU se mobilise pour répondre aux besoins immenses des sinistrés

La Coordonnatrice des secours d’urgence, Valerie Amos, s’entretient avec des survivants du super typhon Haiyan, dans la ville de Tacloban. Photo: OCHA

13 novembre 2013 – Alors que l'ONU et d'autres organisations organisent une opération d'aide humanitaire d'urgence aux Philippines après le passage dévastateur Haiyan, la Coordonnatrice des secours d'urgence, Valerie Amos, a rencontré mercredi des rescapés du typhon Haiyan à Tacloban, un jour après le lancement d'un appel d'urgence d'un montant de 301 millions de dollars pour financer l'opération d'urgence.

Des équipes de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont été dépêchées sur place et d'autres sont en route vers les zones les plus durement touchées. Des médicaments et des fournitures médicales sont arrivés à Cebu et attendent d'être acheminés vers les zones où les besoins sont les plus considérables.

L'OMS apporte son soutien au gouvernement philippin en coordonnant le déploiement des équipes médicales internationales. Jusqu'à présent, neuf d'entre elles, arrivées d'Allemagne, d'Australie, de Belgique, des États-Unis, de Hongrie, du Japon, de Nouvelle-Zélande et de Suisse ont confirmé être en route ou être arrivées sur place. Deux se trouvent déjà à Tacloban. Autonomes, ces équipes ont ouvert leurs propres dispensaires, ont en leur possession les instruments chirurgicaux, les médicaments vitaux, ainsi que de l'eau, de la nourriture et du carburant.

« Nous coopérons avec le gouvernement pour acheminer les personnes, les médicaments et les articles nécessaires vers les zones sinistrées », a déclaré la Représentante de l'OMS aux Philippines, Julie Hall. « Mais la logistique reste un vrai problème, les pistes d'atterrissage, les ports et les routes étant gravement endommagés. »

En outre, de très nombreux blessés souffrent de coupures ou de fractures, d'autres de maladies chroniques impossibles à soigner en l'absence de médicaments. Les enfants et les personnes handicapées sont tout particulièrement vulnérables.

Compte-tenu de l'aide considérable apportée par la communauté internationale, l'OMS a préparé des recommandations sur les médicaments et articles médicaux à acheminer en priorité aux Philippines.

Parallèlement, l'Union internationale des télécommunications (UIT) a envoyé des équipements d'urgence là où les dégâts causés aux infrastructures de télécommunication de base ont été les plus importants et alors que les autorités en sont toujours à estimer le nombre exact des victimes.

Vu l'ampleur des dégâts, des semaines ou des mois seront nécessaires avant que les infrastructures matérielles de télécommunication puissent être réparées ou remplacées. Dans l'intervalle, les équipements fournis par l'UIT aux autorités contribueront à assurer rapidement des services de télécommunication essentiels par satellite, afin d'appuyer les opérations de sauvetage et de secours et d'aider les familles à retrouver leurs proches.

L'UIT a fait don de 50 téléphones satellitaires Thuraya, équipés de systèmes GPS, pour faciliter les opérations de recherche et de secours, ainsi que de 30 téléphones satellitaires Iridium et 20 terminaux du réseau mondial à large bande BGAN d'Inmarsat et d'une station de base CDMA de Qualcomm. Ces équipements, qui peuvent être alimentés grâce à des batteries de voiture, intègrent aussi des panneaux solaires pour permettre la poursuite des opérations en cas de panne de courant.

« L'UIT est prête à tout mettre en œuvre pour aider le Gouvernement et le peuple philippin en cette période extrêmement difficile », a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, Hamadoun Touré. « J'espère que le déploiement d'équipements de télécommunications d'urgence aidera le gouvernement des Philippines dans ses opérations de recherche et de secours et contribuera au rétablissement des liaisons vitales. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Philippines: le «cauchemar logistique» d'une gigantesque opération de secours

En savoir plus





Coup de projecteur