Ban veut faire de la science un vecteur de développement durable

Le Secrétaire général Ban Ki-moon. Photo: ONU/Eskinder Debebe

11 novembre 2013 – À l'occasion de la Semaine internationale de la science et de la paix, qui débute lundi, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rappelé que la science et la technologie peuvent jouer un rôle crucial dans des domaines allant de la lutte contre les changements climatiques à la santé publique, en passant par la sécurité alimentaire, l'assainissement, le désarmement ou encore la préparation aux catastrophes naturelles.

« Pourtant, trop souvent, les décideurs politiques ne sont pas au fait des solutions que la science et la technologie modernes peuvent apporter aux problèmes contemporains. Et trop d'habitants de la planète demeurent coupés des progrès de la science. Un des grands enjeux reste de promouvoir des activités de recherche qui permettront de répondre aux besoins des plus pauvres et des plus vulnérables dans le monde, comme les petits exploitants agricoles », explique M. Ban dans le message qu'il a adressé pour donner le coup d'envoi de la Semaine.

Selon lui, il faut également combler le fossé numérique et mettre l'accent sur l'éducation pour bien préparer les jeunes à occuper des emplois dans les domaines des sciences, des technologies, du génie et des mathématiques.

« De tels efforts sont impératifs pour accélérer le rythme des progrès accomplis sur la voie des objectifs du Millénaire pour le développement et esquisser une vision audacieuse du développement pour l'après-2015 ». La science offre de nombreuses réponses face aux menaces communes et elle est porteuse de nombreuses innovations qui peuvent aider à saisir ensemble les chances qui se présentent, affirme le chef de l'ONU.

« Nous sommes la première génération à disposer du savoir et des moyens nécessaires pour éliminer la pauvreté extrême. Il est de notre devoir, et à notre portée, avec les technologies dont nous disposons d'ores et déjà, de tracer la voie à suivre vers un avenir durable », souligne-t-il.

La génération actuelle a la responsabilité de protéger l'humanité tout entière contre les utilisations destructrices des succès de la science et de ses capacités, notamment en œuvrant à l'avènement d'un monde exempt de la menace des armes nucléaires et en endiguant la propagation des autres armes de destruction massive.

« Il nous sera possible de faire tout cela, et bien plus encore, si nous unissons nos efforts pour mettre la puissance de la science au service de l'intérêt général et prendre des décisions correctement informées », a affirmé M. Ban.

« J'ai hâte de collaborer avec les scientifiques et les universitaires et tous les autres partenaires qui peuvent contribuer à la mission mondiale de l'Organisation des Nations Unies au service de la paix, du développement et des droits de l'homme. J'espère que cette célébration de la Semaine internationale de la science et de la paix sera un franc succès », conclut-il.

En savoir plus





Coup de projecteur