HCR: plus de 62.000 personnes se sont risquées à la traversée du golfe d'Aden jusqu'à présent en 2013

Des réfugiés somaliens se reposent sur une plage au Yémen après avoir franchi le golfe d’Aden. Photo: UNHCR/R. Nuri

8 novembre 2013 – Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCR) a fait part vendredi de sa profonde préoccupation devant le nombre considérable de personnes –62 000 – qui ont risqué leur vie pour rallier le Yémen sur des embarcations de fortune entre le 1er janvier et le 31 octobre dernier.

Le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, a indiqué que le Yémen comptabilise les arrivées par mer depuis six ans. « En 2012, 107.532 personnes avaient effectué la traversée – un chiffre record. Bien qu'il soit moindre cette année, avec 62.194 personnes entre janvier et octobre comparées aux 88.533 personnes à la même période, le golfe d'Aden demeure l'un des itinéraires les plus empruntés pour la migration mixte, c'est-à-dire par des demandeurs d'asile et des réfugiés », a-t-il expliqué aux journalistes lors d'un point de presse donné à Genève.

Depuis 2006, plus d'un demi-million de demandeurs d'asile, réfugiés et migrants ont effectué la traversée vers le Yémen. La plupart sont des Éthiopiens (51.687 en 2013). Ils invoquent la situation économique difficile dans leur pays et espèrent pouvoir continuer leur voyage via le Yémen vers les États du Golfe et au-delà.

Les Somaliens arrivés au Yémen –10.447 en 2013 – sont automatiquement reconnus comme réfugiés par les autorités, alors que le HCR aide à déterminer le statut des autres demandeurs d'asile, Éthiopiens, Érythréens et ressortissants d'autres pays.

La traversée depuis la corne de l'Afrique vers le Yémen est l'un des itinéraires les plus meurtriers qui soient. Des centaines de personnes, y compris des réfugiés syriens, sont morts ces derniers mois en tant de traverser la Méditerranée vers l'Europe. Le week-end dernier, des dizaines de personnes ont été portées disparues après le naufrage de leur embarcation au large du Myanmar, dans le golfe du Bengale.

« Au nombre des mesures mises en œuvre par le HCR pour inverser ces tendances, figure la coopération entre les pays concernés par le phénomène de la migration mixte. Et nous soutenons le gouvernement yéménite pour organiser une conférence la semaine prochaine sur la migration et l'asile, conjointement avec l'Organisation internationale pour les migrations », a poursuivi Adrian Edwards.

La conférence de trois jours débutera lundi à Sanaa et réunira des responsables gouvernementaux de pays de la corne de l'Afrique, des États du Golfe, de pays donateurs, des représentants d'ONG et d'institutions comme le Secrétariat régional sur la migration mixte. L'objectif sera mettre au point un plan d'action régional pour aider à encadrer la migration mixte entre la corne de l'Afrique et la Péninsule arabique.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Yémen : le HCR, préoccupé par l'arrivée massive de réfugiés

En savoir plus





Coup de projecteur