Le PNUE se félicite de la ratification par les États-Unis du traité anti-mercure

Le Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), aux côtés de responsables japonais, dans la ville de Kumamoto. Photo: PNUE

7 novembre 2013 – Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a salué jeudi la ratification par les États-Unis de la Convention de Minamata, dont l'objectif est de faire baisser les émissions et les rejets de mercure dans l'atmosphère.

Adoptée le 10 octobre dernier dans la ville japonaise de Kumamoto, la Convention a été nommée d'après la localité où des milliers de personnes ont été intoxiquées au mercure au milieu du 20ème siècle. Elle a depuis été signée par 93 pays et les États-Unis sont le tout premier à la ratifier. La Convention entrera en vigueur lorsque 50 pays l'auront ratifiée.

« Le PNUE est fier d'avoir facilité et soutenu les négociations autour du traité au cours des quatre dernières années. Parce que presque tout le monde – qu'il s'agisse des mineurs, des femmes enceintes ou des employés des sites de retraitement des déchets dans les pays en développement – bénéficieront des dispositions de cet instrument », s'est félicité le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

« Je tiens à remercier les États-Unis de cette décision importante qui contribue à ouvrir la voie à une nouvelle ère de coopération internationale contre la pollution au mercure […] partout dans le monde. »

L'impact du mercure sur le système nerveux est bien connu depuis les époques grecque et romaine : au nombre de ses symptômes figurent la déficience thyroïdienne et de la fonction du foie, l'irritabilité, les tremblements, les troubles de la vision, la perte de mémoire et les problèmes cardiovasculaires.

La Convention de Minamata prévoit des contrôles et des normes pour les équipements médicaux, tels que les thermomètres à faible consommation d'énergie, pour l'exploitation minière, le ciment et les centrales d'énergie au charbon. Identifier les populations à risque, renforcer les soins médicaux et offrir une meilleure formation des professionnels de santé font aussi parti des dispositions de ce nouvel accord juridiquement contraignant.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La Convention des Nations Unies pour lutter contre le mercure ouverte à signature

Aucun résultat
Aucun résultat