Le HCR déplore les victimes d'un nouveau naufrage au large du Myanmar

Bateaux de pêche de Sittwe au Myanmar. Photo: UNHCR

5 novembre 2013 – Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déploré mardi une nouvelle tragédie meurtrière en mer, qui s'est produite au large des côtes du Myanmar, soulignant l'importance pour le gouvernement de prendre des mesures à cet égard.

Environ 70 personnes, probablement des Rohingyas en provenance de l'État de Rakhine au Myanmar, se trouvaient à bord d'une embarcation qui a fait naufrage dimanche matin au large de Sittwe, le chef-lieu de cet Etat. Huit survivants ont été retrouvés jusqu'à présent, mais des dizaines de passagers, y compris des femmes et des enfants, sont portés disparus et se sont probablement noyés.

Tout comme pour les récentes tragédies en Méditerranée, l'inquiétude du HCR porte sur le fait que des naufrages similaires se reproduiront si des mesures ne sont pas prises par les pays d'où sont originaires les migrants pour les dissuader de s'embarquer dans ces traversées périlleuses. L'année 2013 est l'une des pires en termes d'accidents meurtriers en mer.

Environ 140.000 personnes ont été déplacées dans l'État de Rakhine par des vagues successives de violences intercommunautaires qui ont débuté en juin 2012. Parmi elles se trouvent des Rohingyas des ethnies Rakhine, Kaman et d'autres communautés. Alors que la plupart sont hébergées dans des abris temporaires, la situation sur le terrain demeure tendue et des solutions à long terme se font attendre.

La plupart des Rohingyas ne sont pas des citoyens du Myanmar et continuent de faire face à de sévères restrictions dans leur liberté de mouvement. Par ailleurs, ils souffrent de pratiques discriminatoires et sont privés de l'exercice de leurs droits fondamentaux. Beaucoup luttent pour gagner un salaire et avoir accès à des soins de santé et à des services éducatifs.

« Il est inacceptable que des personnes soient poussées par un si grand désespoir au point de mettre en danger leur vie dans ces traversées, après être tombées la plupart du temps aux mains de passeurs sans scrupule. Le HCR se tient prêt à appuyer le gouvernement du Myanmar pour remédier aux causes profondes de ces flux, y compris en recherchant des moyens de mettre fin à l'apatridie de la population Rohingya », a indiqué un porte-parole du Haut Commissariat, lors d'un point de presse donné à Genève.

Afin de promouvoir la réconciliation et la coexistence pacifique à Rakhine, le gouvernement et la communauté internationale ont également besoin de répondre à des besoins de développement de la seconde région la plus pauvre du Myanmar.

Parallèlement, le HCR appelle les États de la région à renforcer leurs opérations de recherche et de sauvetage afin de faire cesser les pertes en vie humaine en mer. « Nous exhortons également les gouvernements de la région à harmoniser les conditions d'arrivée et d'accueil et à offrir une protection temporaire en l'attente de solutions plus durables », a ajouté le porte-parole.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Myanmar: les enfants de Rakhine, premières victimes des violences intercommunautaires, selon l'UNICEF

En savoir plus





Coup de projecteur