L'ONU obtient un accord pour permettre l'acheminement d'une aide aux victimes de la violence au Yémen

Des enfants du village de Dammaj, dans le nord du Yémen, privés de vivres et d'aide médicale. Photo: IRIN

4 novembre 2013 – Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Jamal Benomar, a annoncé lundi qu'un accord avait été conclu entre les parties prenantes aux affrontements qui font rage dans le nord du Yémen pour y acheminer une aide médicale d'urgence aux victimes.

Selon le porte-parole de l'ONU, l'opération sera menée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), autorisé à se rendre dans la ville de Dammaj, située dans la province septentrionale de Sa'ada, suite à l'accord conclu sous l'égide de M. Benomar.

Au cours des dernières semaines, Dammaj a été le théâtre d'affrontements violents entre des groupes armés Hothis d'une part et des salafistes de l'autre. La violence, qui ne cesse de s'aggraver, a fait des dizaines de morts et de blessés.

« M. Benomar a exhorté toutes les parties prenantes à mettre immédiatement en œuvre un cessez-le-feu et à permettre l'accès sans entraves aux agences humanitaires », a expliqué le porte-parole.

M. Benomar, qui a suivi de près le conflit dans et autour de la ville de Dammaj, est resté en contact permanent avec le Président du Yémen, Abd Rabbuh Mansour Hadi, le Ministre de la défense, ainsi que les dirigeants des deux groupes en conflit. Il a également appelé les parties prenantes à résoudre leurs différents par le dialogue pacifique.

Le Yémen est entré dans une période de transition sous le leadership du Président Hadi, élu en février 2012. Cette élection avait été organisée suite à la signature de l'accord de transition par les parties prenantes au conflit qui avait secoué le pays depuis la démission de l'ancien Président, Ali Abdullah Saleh.

Dans le même temps, la situation sécuritaire reste volatile dans certaines parties du pays, s'est inquiété M. Benomar lors de la présentation de son rapport au Conseil de sécurité en fin septembre, en précisant qu'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) continue de poser une menace majeure.

Actuellement, près de 13 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population yéménite, ont besoin d'aide humanitaire. En outre, le taux de malnutrition infantile est parmi le plus élevé au monde: près de la moitié des enfants yéménites de moins de cinq ans – deux millions d'enfants – sont victimes de retards de croissance et un million d'autres de malnutrition aiguë.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Droits de l'homme : un expert de l'ONU appelle le Yémen à lutter contre l'impunité

En savoir plus





Coup de projecteur